Quand les Seniors deviennent enseignants

Quand les seniors deviennent enseignants

Université inter-âge, Université du temps libre, Université populaire… Nombre de structures proposent des programmes d’enseignement où les étudiants comme les enseignants sont des seniors. Tentés par l’expérience ? Voici la marche à suivre !

Quel que soit leur nom, de nombreuses universités proposent des cours accessibles à tous, sans prérequis et à tout âge.
Les universités populaires ont vu le jour à la fin du 19ème siècle au moment où Jules Ferry rendait l’instruction obligatoire et l’école gratuite. L’objectif était de proposer des cours aux personnes qui n’avaient pu bénéficier d’une instruction dans leur jeunesse.

Désormais, il existe de nombreuses structures en France qui délivrent des connaissances. Leur nom peut porter à confusion car elles sont en général distinctes des universités et ont un statut d’association.
Ici on ne vient pas pour obtenir un diplôme ou un certificat mais pour le plaisir d’apprendre et d’échanger, pour un coût très attractif.
Les publics y sont variés : jeunes, retraités, salariés, chômeurs…

Des thématiques diverses

« Initiation à la généalogie », « Atelier photo », « Réchauffement climatique », « Découvrir Windows », « Balzac et les femmes », « Aromathérapie »…
A l’instar des autres universités, la liste des enseignements proposés par l’Université du Temps Libre de Tours est longue, même si cette UTL n’a que deux ans d’existence.

Celle-ci fait figure d’exception car, contrairement à beaucoup d’UTL, elle est rattachée à une vraie université. « Notre UTL est née car Loïc Vaillant, l’ancien président de l’université, et de nombreux enseignants et personnels souhaitaient qu’elle soit plus ouverte sur la ville et les gens pour diffuser les savoirs au plus grand nombre.
Le Président Philippe Vendrix partage cette vision de l’UTL », précise Martine Pelletier, la nouvelle directrice.

Transmettre ses connaissances

Les quelques salariés et bénévoles de l’UTL, souvent retraités, assurent son bon fonctionnement. Ceux-ci peuvent également y enseigner. « Toute personne ayant de sérieuses connaissances dans un domaine et l’envie de partager peut prendre contact avec nous et nous remettre son CV. Ce n’est absolument pas fermé ! », ajoute Martine Pelletier.

Georges Periquet est professeur émérite en génétique et évolution. A la retraite, il a tout de suite tenu à participer à cette aventure. « L’UTL, c’est un état d’esprit. Le plaisir de partager avec un public enthousiaste, de rencontrer des gens, de donner des cours très accessibles », déclare-t-il. « Je suis enseignant-chercheur par vocation. J’ai toujours aimé transmettre. J’aime expliquer et voir que l’autre a compris. Si l’on connait un certain nombre de choses et que l’on ne souhaite pas que cela se perde, il faut en faire profiter les autres ! », conseille-t-il.

Nombre d’universités populaires ou du temps libre sont à la recherche de talents. Alors, renseignez-vous !

Commentaire SeniorFlex :  La France a parfois de très bonnes idées...   Si nous pouvions parfois nous en inspirer ?

En Belgique, on n’a pas d’argent  dans les écoles pour les intérims de seniors volontaires !

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous