Offre de compétences

Vous êtes ici: Accueil > Revue de presse > France - Formation tout au long de la Vie et solidarité intergénérationnelle

France - Formation tout au long de la Vie et solidarité intergénérationnelle

Article paru dans "le Monde" - Une action de notre partenaire Old'up -
Des seniors plus si jeunes mais pas si vieux
A 80 ans, Michelle de Wilde entend bien dompter ce satané appareil photo Panasonic Lumix, calé entre ses mains : "
Auto-intelligent
... cela veut dire quoi ?", interroge-t-elle, sourire en coin.
" L'appareil peut
détecter seul la luminosité
, répond Guillaume Favier, 25 ans, assis à côté d'elle. Vous pouvez choisir d'être en mode normal, ou intelligent." Michelle note scrupuleusement sur son petit carnet.
"Et
Quick menu ?", poursuit-elle. "C'est un raccourci
", explique encore le jeune homme. "Et la molette, là, elle sert à quoi ?" ; "Et pour sélectionner, on appuie au milieu ?"...

 Imperturbable, Guillaume répond à la rafale de questions de l'octogénaire.
Dans la salle fusent de petits sons du type de ceux émis par les jeux vidéo. Quatre autres mamies tentent d' apprivoiser leurs mini-appareils high-tech, souvent des cadeaux reçus pour leurs 70 ou 80 ans.
"Il est mort, mon appareil ?", s'inquiète l'une d'elles.
"Mais non, il est en mode visionnage de photos", la rassure Corentin de Richoufftz, l'autre "jeune" venu aider ces aînés.

Cette rencontre est organisée par Old'up, association présidée par la dynamique octogénaire Marie-Françoise Fuchs.
Depuis novembre 2011, Old'up propose à ses 250 membres (septua, octo et nonagénaires) des séances de formation tous azimuts : comment utliser les bornes SNCF, acheter en ligne, utiliser Skype... A chaque fois, les plus jeunes coachent les plus âgés. "Mes enfants et petits-enfants me montrent tout à toute vitesse, raconte Geneviève, adepte de ces rendez-vous.
Ces jeunes-là sont patients sans me donner l'impression que je suis idiote." Guillaume et Corentin, les jeunes en question, ont d'ailleurs fait une croix sur leur carrière d'avocat pour créer, en juillet 2011, leur propre entreprise, Génér'actions.
Cette structure met en relation étudiants et seniors ayant besoin d'un coup de main à domicile. "Nous avons reçu 1 000 CV d'étudiants en médecine, droit, psycho...", expliquent les créateurs. Une quarantaine d'étudiants interviennent déjà dans des domiciles d'Ile-de-France.

De telles initiatives sont dans l'air du temps : le 17 janvier est lancée, à Copenhague, "l'année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle".
Partout, les projets mêlant jeunes et anciens se multiplient. Dans les écoles et crèches, l'association Lire et faire lire rassemble désormais 12 800 seniors bénévoles qui raconte des histoires à des bambins. Plus de 6 500 lieux ont accueilli leurs interventions en 2011, 1 500 de plus qu'en 2010.
Après le Québec et l'Allemagne, la Tunisie et la Suisse veulent dupliquer l'expérience. L'association l'Outil en main, où 1 300 artisans retraités forment les enfants aux métiers manuels, essaime : l'Allemagne et la Slovénie sont intéressées, le Cameroun et la Belgique déjà conquis.
Egée, association où 2 000
cadres retraités conseillent à très faible coût des jeunes en recherche d'emploi
, a réalisé 28 000 jours d'intervention en 2011.

Ces associations nationales tracent la route aux initiatives locales. Ainsi, au Pontet (Vaucluse), Garder le contact, créée par Catherine et François Chausson (respectivement 65 et 70 ans), aide gracieusement la quatrième génération (les plus de 80 ans) à se connecter à Internet.
Autre initiative venant d'Espagne, la colocation seniors-étudiants poursuit son essor. Les jeunes obtiennent un logement meilleur marché, les plus âgés rompent leur solitude et reçoivent un petit pécule. L'association Ensemble2générations en est ainsi à son 600e binôme senior-jeune depuis 2007.
"Pour que cela fonctionne, il est préférable que les deux personnes aient une passion à partager, reconnaît sa fondatrice, Typhaine de Penfentenyo. Mais j'ai le sentiment de  travailler pour l'avenir car l'arrivée massive de personnes seules et de grand âge est devant nous."

Cette solidarité intergénérationnelle se perçoit d'ailleurs sur Seniorsavotreservice.com.
Le site compte 60 000 inscrits - le double d'il y a un an - et les seniors y proposent de
monayer différents savoirs et prestations (garde d'enfants, lecture, coiffure, plomberie...). "Les familles recherchent des mamies-nounous rassurantes,
souvent pour palier l'éloignement des propres grands-parents, explique sa fondatrice, Valérie Gruau.
Certains grands seniors cherchent également des sexagénaires pour leur tenir compagnie. Avec une génération d'écart, le contact est plus facile."

"On n'a jamais autant parlé de lien social que depuis que celui-ci s'est distendu", constate Laurent Piolatto, délégué général de Lire et faire lire. La canicule de 2003, et ses conséquences dramatiques pour les personnes âgées, a été un révélateur du délitement des liens dans notre société. Depuis, une dynamique de terrain s'est enclenchée. "La société civile est en avance par rapport aux institutions et au monde politique", estime Mohammed Malki, auteur de L'Inter-génération, une démarche de proximité (La Documentation française, 2005). "La solidarité intergénérationnelle est en plein essor. Les associations, créatives, sont en train d' imaginer des solutions pragmatiques pour vivre en harmonie entre générations dans un contexte de crise et de précarité", constate le chercheur Charles-Benoît Heidsieck, qui vient de conseiller dix associations intergénérationnelles lauréates du prix Atout Soleil-Generali. "La détresse des plus fragiles s'approfondit, et cette nouvelle solidarité est un filet constructif pour limiter le gouffre.
"L'intergénérationnel, ou comment redécouvrir au XXIe siècle les réflexes sociétaux d'antan.

Laure Belot, Article paru dans l'édition du 17.01.12

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Envoyer un commentaire

Indiquez la valeur de 3 + 4 =

Haut de page
Sauf mention contraire, les textes de ce site sont © Seniorflex
et peuvent être diffusés sous une licence Creative Commons
Creative Commons License

Vous êtes ici: Accueil > Revue de presse > Nouvelles mesures sur l'emploi dans la loi-programme

Nouvelles mesures sur l'emploi dans la loi-programme

Des constats et Quelques mesures saluées par SeniorFlex

Le Conseil des Ministres s’est accordé sur l’adoption de la loi-programme qui prévoit notamment la mise en œuvre de plusieurs mesures portant sur l’emploi des travailleurs âgés, la formation des travailleurs, le congé éducatif, l’adaptation du régime des vacances annuelles des travailleurs aux normes européennes ainsi que l’augmentation des cotisations patronales en cas de prépension.

1. Augmenter lÂ’emploi des personnes âgées 

La chose est connue : la Belgique compte un taux dÂ’emploi des personnes âgées bien trop faible. Au premier semestre 2011, seules 38,6% des personnes âgées de 55 à 64 ans disposaient dÂ’un emploi.

Afin dÂ’en augmenter le nombre, le Conseil des Ministres sÂ’est accordé sur 2 propositions de la Ministre de lÂ’Emploi, Monica De Coninck, dont lÂ’objectif consiste à changer le comportement des entreprises à l’égard des travailleurs âgés :

LÂ’adaptation de la législation relative aux licenciements collectifs.  

Jusqu’à présent, lorsqu’un licenciement collectif intervenait au sein d’une entreprise, l’employeur était entièrement libre dans le choix des travailleurs pour qui le contrat de travail était résilié. Un dispositif qui aboutissait le plus souvent à ce que les travailleurs âgés en fassent les frais.

Une discrimination indirecte à laquelle la Ministre de l’Emploi, Monica De Coninck, entend mettre un terme par le biais d’une nouvelle disposition adoptée par le Conseil des Ministres.

Désormais, l’employeur qui procèdera à un licenciement collectif devra veiller au respect de la pyramide des âges de l’entreprise. A cette fin, les travailleurs seront répartis en 3 catégories (les moins de 30 ans, les 30-49 ans et les plus de 50 ans et plus). Le rapport de ces catégories entre elles devra être respecté après les licenciements.
Il ne sera dès lors plus possible de licencier tous les travailleurs âgés (ou tous les jeunes travailleurs), comme c’est souvent le cas.

En cas de non-respect de cette nouvelle disposition, des sanctions sont prévues.
En l’occurrence, l’employeur perdra le droit à la réduction structurelle et aux réductions pour les groupes-cibles des cotisations patronales de sécurité sociale pour une période de deux ans pour les travailleurs âgés d’au moins 50 ans et qui sont licenciés dans le cadre de la restructuration.

Un plan pour l’emploi des travailleurs âgés

Chaque entreprise devra chaque année mettre en œuvre un plan concret et adapté à leur taille pour l’emploi des 50 ans et plus.

Ce plan se veut favoriser la prise de conscience des entreprises de la valeur des travailleurs âgés et de lÂ’intérêt économique dÂ’un personnel diversifié quant à l’âge. 

Les préjugés à l’égard des travailleurs âgés ne tiennent pas compte en effet de la valeur importante que représentent ces travailleurs pour les entreprises.  Les caractéristiques typiques des travailleurs âgés sont leur grande capacité à résoudre des problèmes, grâce à leur expérience, une grande résistance face au stress, leur expérience en matière de coopération, etc.

Dès lors, les entreprises seront obligées d’établir chaque année un plan dans lequel le chef d’entreprise mentionnera les efforts que l’entreprise entreprendra pour le maintien au travail des travailleurs âgés, et le cas échéant, en vue d’en engager davantage.

Le SPF Emploi mettra un modèle de plan à disposition des entreprises dont le contenu pourra varier en fonction de la taille de lÂ’entreprise. Les entreprises de moins de vingt travailleurs sont dispensées de cette obligation. 

Accroître les investissements en matière de formation des travailleurs

Afin de s’assurer que les entreprises investissent dans les faits dans la formation de leurs travailleurs, le Conseil des Ministres, sur proposition de Monica De Coninck, a décidé de revoir à la hausse le régime des sanctions pesant sur une entreprise qui ne se conformerait pas à cet effort d’investissement.

Actuellement, la sanction pesant sur une entreprise issue d’un secteur dont les investissements en matière de formation des travailleurs sont insuffisants s’élève à 0,05% de la masse salariale de ladite entreprise.

Désormais, le niveau de cette contribution sera relevé à 0,10% pour l’année 2012 et à 0,15% à partir de 2013.

Par ce biais, le Gouvernement entend mettre en rapport la sanction avec lÂ’objectif, cÂ’est-à-dire lÂ’augmentation de lÂ’effort de formation. La sanction doit donc être supérieure au « prix Â» que doit payer lÂ’employeur pour augmenter les efforts quÂ’il fait en matière de  formation et non pas être inférieure comme cÂ’est le cas aujourdÂ’hui.

En outre, une distinction sera établie entre les investissements consentis par l’entreprise elle-même et ceux réalisés par le secteur dont elle est issue. Désormais, l’entreprise qui investit suffisamment dans la formation de ses travailleurs mais qui est issue d’un secteur qui, lui, ne le fait pas, ne sera plus sanctionnée.

2. Allongement du congé-éducation 

Malgré la crise actuelle, nombre dÂ’offres dÂ’emploi ne peuvent être pourvues. Pour partie, il sÂ’agit dÂ’une mauvaise combinaison entre le niveau de formation des travailleurs et des demandeurs dÂ’emploi, et, pour partie, de la demande de main dÂ’Âœuvre qualifiée émanant des entreprises. 

On constate que la liste des métiers en pénurie sÂ’allonge dÂ’année en année, et que, même dans cette période de crise, elle demeure relativement longue. 

Pour inciter les travailleurs à faire le choix d’une formation qui prépare à l’exercice d’un métier en pénurie, le maximum du nombre d’heures de congé-éducation payé pour ces formations a été porté de 100/120h à 180h. La liste des métiers en pénurie pour laquelle l’augmentation des heures accordées sera prise en compte, est la liste qui est établie chaque année dans le cadre de la réglementation du chômage et pour lesquels les chômeurs peuvent suivre des études avec maintien de leurs droits aux allocations.

Par ailleurs, en vue d’accroître l’accès des travailleurs peu qualifiés au marché de l’emploi, le Conseil des Ministres s’est également accordé sur l’allongement de 100/120h à 180h du nombre d’heures maximum de congé-éducation payé pour les formations qui mènent à l’obtention d’un premier diplôme de l’enseignement secondaire supérieur.

Cette augmentation du nombre d’heures de congé-éducation sera d’application à partir de la prochaine année scolaire soit au 1er septembre 2012.

3. Adaptation du régime des vacances annuelles 

Mise en demeure par la Commission européenne, la Belgique était tenue de conformer son régime de vacances annuelles.
C’est désormais chose faite.

La législation belge actuelle prévoit un droit à 4 semaines de vacances et à un pécule de vacances correspondant. L’exercice effectif de ce droit de vacances et le paiement du pécule de vacances interviennent l’année qui suit celle au cours de laquelle a eu lieu l’occupation et qui a été prise en considération pour le calcul des vacances et du pécule de vacances. Il en résulte que, durant la première année de travail, les travailleurs n’ont droit ni à des vacances, ni à un pécule de vacances.

Sur proposition de la Ministre de l’Emploi, le Conseil des Ministres s’est accordé sur le principe selon lequel, désormais, il sera octroyé des vacances supplémentaires ainsi qu’un pécule de vacances aux travailleurs salariés, en cas de début ou de reprise d’activité, par période de 3 mois d’activité pendant l’année civile de début ou de reprise d’activité.

Concrètement, un droit à des  vacances supplémentaires est introduit et donne aux travailleurs le droit, dÂ’une part, de prendre effectivement des vacances durant la même année civile que celle durant laquelle ils ont effectué des prestations, proportionnellement à ces prestations, et, dÂ’autre part, de recevoir un montant équivalent à sa rémunération normale durant ces vacances supplémentaires.

Ce droit à des vacances supplémentaires ne pourra toutefois être réclamé qu’après que tous les jours de vacances octroyés en fonction de la législation actuelle (donc en fonction des prestations de l’exercice précédent) ont été épuisés.

4. Augmentation de la contribution des entreprises en cas de chômage avec complément dÂ’entreprise (ex-prépension) 

L’accord gouvernemental comporte une série de mesures ayant pour but d’adapter différentes mesures de fin de carrière. Ainsi les conditions d’âge et d’ancienneté sont plus strictes pour ce qui concerne, entre autres, la pension anticipée et la prépension, appelée dorénavant le chômage avec complément d’entreprise (CCE).

Dans le prolongement de cela, le Conseil des Ministres a décidé, sur proposition de Monica De Coninck, d’adapter les cotisations patronales en matière de prépension et pseudo prépension tout en tenant compte de l’âge du prépensionné.

Ainsi, pour tous les CCE qui débuteront à partir du 1er avril 2012, le pourcentage des cotisations patronales en cas de chômage avec complément d’entreprise sera doublé. Pour tous les autres CCE, le pourcentage des cotisations dues sera augmenté de 15% et ce, à partir du 1er avril 2012.

 

 


Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Envoyer un commentaire

Indiquez la valeur de 3 + 3 =

Haut de page
Sauf mention contraire, les textes de ce site sont © Seniorflex
et peuvent être diffusés sous une licence Creative Commons
Creative Commons License

Vous êtes ici: Accueil > Informations - Pays Européens > FRANCE- Seniors au chomâge, quel citoyen êtes vous ?

FRANCE- Seniors au chomâge, quel citoyen êtes vous ?

Asspro, association de la région Nantaise rejoint la FIDES et lance les cafés seniors

Chômeurs de plus de 45 ans : citoyens de seconde zone ?

L’Association ASSPRO a pour vocation d’informer sur les thèmes de l’emploi, de la formation, de l’insertion, de la Responsabilité Sociétal des Entreprises.
LÂ’ASSPRO est présente sur le terrain au plus prêt de ceux qui ont besoin de ses services et annonce ses « cafés SENIORS actifs Â» du mois de février.

C’est aussi l’occasion de préciser, une fois de plus, la situation d’exclusion sociale que vivent au quotidien 20% de nos concitoyens…

Présentation par le Président:

Les Cafés Seniors, se déroulent entre 15h30 et 18h.
Nous organisons deux conférences dans ce laps de temps, entrecoupées par une pause « café » où chacun peut échanger et dialoguer. L’objectif est que les participants puissent créer du réseau.
Cela fonctionne : un participant, chef d’entreprise, m’a appelé, suite à l’une de nos rencontres et a exprimé le souhait d’embaucher une assistante. Nous avons fait passer l’annonce dans notre réseau et il procède actuellement au recrutement.
Un graphologue s’est rapproché de nous également et propose ses services gracieusement lors des Cafés Seniors



Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Envoyer un commentaire

Indiquez la valeur de 3 + 1 =

Haut de page
Sauf mention contraire, les textes de ce site sont © Seniorflex
et peuvent être diffusés sous une licence Creative Commons
Creative Commons License

Vous êtes ici: Accueil > FlexSenior - Recherches de compétences > Offre de collaboration Secrétaire à temps plein

Offre de collaboration Secrétaire à temps plein

Haut de page
Sauf mention contraire, les textes de ce site sont © Seniorflex
et peuvent être diffusés sous une licence Creative Commons
Creative Commons License

Vous êtes ici: Accueil > FlexSenior - Recherches de compétences > Offre de collaboration juridique au Barreau de Bruxelles

Offre de collaboration juridique au Barreau de Bruxelles

BOGAERTS - DECOURRIERE - HIRSCH - Offre de collaboration

Notre cabinet traite principalement de dossiers de droit bancaire/ de droit civil et de droit social.

Nous recherchons un collaborateur au profil suivant

*      minimum trois années de Barreau,

*      raisonnement juridique rigoureux,

*      excellente maîtrise écrite et orale du français,

*      bonne connaissance du néerlandais.

 

Nous offrons :

*      un cadre de travail convivial au sein d'une petite équipe,

*      un bureau agréable,

*      la possibilité de développer, le cas échéant, sa clientèle personnelle

 

Merci d'envoyer son C.V. accompagné d'une lettre de motivation

à l'attention de Carine HIRSCH ou de Michel BOGAERTS,

rue Dautzenberg, 42 à 1050 Bruxelles.

 


Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Envoyer un commentaire

Indiquez la valeur de 4 + 1 =

Haut de page
Sauf mention contraire, les textes de ce site sont © Seniorflex
et peuvent être diffusés sous une licence Creative Commons
Creative Commons License

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous