INFORMATIONS BELGIQUE

SeniorFlex vous conseille de ne pas rester seul !   et nous saluons la creation par l'Unia d'un guide pour les opersonnes concernées

Unia a observé que les gens se posent de nombreuses questions concernant la discrimination sur base de l'âge. Depuis des années, nous constatons que la plupart des internautes consultent nos publications pour y trouver des réponses sur la discrimination fondée sur l'âge.

C'est pourquoi, réunissant nos années d'expérience, nous avons mis à jour notre brochure. Nous y expliquons ce qu’est une discrimination, où elle se produit et comment la combattre.

https://www.unia.be/fr/publications-et-statistiques/publications/discrimination-fondee-sur-lage-de-quoi-sagit-il-et-comment-y-reagir

https://www.unia.be/fr/articles/hausse-des-dossiers-de-discrimination-sur-base-de-lage

Hausse des dossiers de discrimination sur base de l’âge en 2018

3 Décembre 2019 

 

la discrimination peut se faire tant vis a vis des jeunes (comme c'est le cas ici) que des séniors

Skeyes condamné pour discrimination fondée sur l’âge

2 Décembre 2019

Le tribunal du travail de Bruxelles a condamné le contrôleur aérien Skeyes (ex-Belgocontrol) pour discrimination fondée sur l’âge. L’entreprise refusait d’inviter des candidats de plus de 25 ans à des entretiens d’embauche. Le juge interdit l’utilisation de cette limite d’âge. Il accorde une indemnité à sept candidats contrôleurs aériens qui ont été refusés en raison de leur âge. Unia s’est adressé à la justice après que ses tentatives pour résoudre le problème à l’amiable n’aient pas abouti. 

« Selon l’entreprise, la sécurité du trafic aérien au-dessus de la Belgique serait compromise si elle engageait des candidats de plus de 25 ans. Leurs performances cognitives feraient défaut, affirme l’entreprise. Pour Unia, Skeyes n’apportait pas la preuve de cette affirmation. Le juge a dès lors estimé que la limite d’âge est illégale », explique Patrick Charlier, directeur d’Unia. 

Indemnités et astreintes 

« Unia a contacté l’entreprise pour lui demander la raison à cette limite d'âge. Cette raison ne nous a jamais été fournie de manière convaincante. Et comme nous estimons que personne n’est au-dessus des lois, nous avons porté l’affaire devant la justice », ajoute Patrick Charlier. 

L’entreprise doit maintenant payer des dommages et intérêts équivalents à six mois de salaire à sept candidats contrôleurs aériens qui ont été refusés sur base de leur âge. « De plus, si Skeyes maintient sa limite d’âge, il devra payer une astreinte de 500 euros par jour », lit-on aussi dans le jugement

Sous-estimer le problème 

La discrimination fondée sur l'âge est un problème qui a longtemps été passé sous silence. « C'est encore souvent socialement accepté de traiter les gens différemment en fonction de leur âge. Parfois c’est justifié et même prévu par la loi. Mais dans de nombreux cas, c’est une mesure arbitraire, ce qui est interdit par la loi. Ce jugement en est une illustration. Un employeur ne peut pas refuser des candidats juste parce qu’il a des préjugés liés à leur âge », précise-t-on à Unia.   

Augmentation des signalements 

Bien que le problème soit resté longtemps sous le radar, Unia ouvre de plus en plus de dossiers comportant une possible discrimination fondée sur l'âge. « Nous avons constaté une augmentation de près de 35% en 2018 par rapport à la moyenne des cinq années qui précèdent. Nous lions cette augmentation à la couverture médiatique de la problématique. L'an dernier, nous avons enregistré 152 dossiers portant sur une discrimination fondée sur l'âge, dont 78 concernent des problèmes sur le marché du travail, principalement dans le cadre d'une procédure de recrutement. 44 dossiers concernaient des clients de compagnies d'assurances ou de banques désavantagés en raison de leur âge », précise Patrick Charlier.  

Pour Unia, il est important de braquer les projecteurs sur la discrimination fondée sur l’âge. « Les personnes qui rencontrent une discrimination de ce type peuvent les dénoncer auprès d’un avocat ou d’un syndicat », ajoute-t-on à Unia. 

SeniorFlex
Newsletter Septembre 2019

Éditorial

L’équipe SeniorFlex vous souhaite une bonne rentrée mais aussi de trouver le courage de vous mobiliser, de vous défendre, de vous battre… et d’agir à nos côtés.
Le Gouvernement fédéral de la Belgique est en affaires courantes depuis plus de 250 jours, et cela va poser des problèmes dans différents domaines, notamment pour le financement des pensions.

Il est très clair qu’il ne suffit pas de dire aux gens qu’ils doivent travailler jusque 67 ans, encore faut- il qu’ils puissent trouver du travail. Or la discrimination par l’âge sévit toujours dans notre pays, malgré les pénuries de talents et les raretés de certaines expériences.
Pendant des décennies, on a dit aux gens que « la pension, c’était un paradis » .
On a oublié de préciser qu’il fallait pouvoir se le payer, ce paradis !

Il serait temps que le Gouvernement s’engage dans une communication positive et un soutien efficace pour valoriser le travail des seniors qui le souhaitent !
SeniorFlex a dit et répété, que seule une action concertée de tous les ministres pourrait aider les seniors à rester actifs.

Il faut établir un cadre de confiance en leur avenir, convaincre ces seniors, qu’ils pourront garder l’essentiel de la rémunération de leur effort. (ONSS,  Fisc, pension), les convaincre qu’ils possèdent des connaissances et des expériences indispensables pour notre société de transition (Orientation professionnelle, réorientation, accès aux formations de reconversion).
Il faut leur donner la possibilité d’encadrer les jeunes et de transmettre leur savoir. (Enseignement , formation, formation au travail d’équipes intergénérationnelles)
Et bien évidemment, il faut convaincre tout le monde du gaspillage éhonté d’une discrimination simplement basée sur l’âge.
Il n’est pas trop tard …mais un effort colossal et concerté reste à faire d’urgence.

Christiane Robert.
Présidente

 

Nota : Les jeunes et les seniors ne font pas la même chose, ni de la même façon!
Par contre, l'expérience appuie les compétences pour faire face à l'imprévu!
SeniorFlex ASBL représente les seniors qui veulent rester actifs et les aide à se réorienter si nécessaire!

Nous attirons votre attention sur un écrit de François Lenglet, journaliste économiste bien connu.
https://www.rtl.fr/actu/conso/emploi-en-entreprise-les-seniors-sont-plus-rentables-que-les-jeunes-7798300930?fbclid=IwAR0pBgPnXsKHM2U5OcDgYdbJ-b-Nsyzi7xAccnaIv8c7MFFS8Ohsg3wc5e4

Emploi : en entreprise, les seniors sont plus rentables que les jeunes !
Les entreprises qui ont grandi le plus vite, dans le secteur des nouvelles technologies, avaient un patron dont l'âge moyen défie les clichés, 45 ans, selon le Census bureau américain et le MIT.
Voilà qui bouscule les idées reçues : les seniors seraient plus productifs dans l'entreprise que les jeunes, selon une étude de l'équivalent de l'INSEE aux États-Unis, le Census Bureau, et du MIT, la prestigieuse université de Boston, sur l'âge des entrepreneurs. À partir d'une base de données considérable, ils ont établi que les entreprises qui ont grandi le plus vite, dans le secteur des nouvelles technologies, avaient un patron dont l'âge moyen est de 45 ans. 
Plus encore, les patrons de 50 ans ont 1,8 fois plus de chance de réussir que ceux de 30 ans, tandis que ceux de 20 ans ont le plus de risques d'échouer de toutes les générations. Des chiffres qui contredisent et le catéchisme des start-ups, et les assertions du fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, selon qui "les jeunes sont tout simplement plus intelligents".
Cela s'explique avant tout par l'expérience.
Ce sont des patrons qui ont déjà connu et le succès et l'échec. Ils savent choisir leurs collaborateurs, parce qu'ils ont les ressources psychologiques pour identifier les personnalités qu'il leur faut. L'étude montre d'ailleurs que même pour les entreprises innovantes, les plus de 50 ans font mieux, alors que les jeunes, "digital natives", nés avec le numérique, sont réputés plus familiers des nouveaux usages.
Des salariés âgés fidèles et plus consciencieux
On retrouve ces qualités pour les salariés des entreprises, explique une enquête du Financial Times, le journal économique britannique. La plupart des entreprises concentrent leurs efforts sur les jeunes, en partant du principe que c'est un bon investissement. On les forme, on les augmente, on les chouchoute.

Ailleurs en Europe : France
La FIDES (dont SeniorFlex est membre fondateur) écrit à la Ministre de l’Emploi, lui rappelant son Manifeste pour l’Emploi des Seniors, (voir sur le site, texte et rubrique)    et demande d’être reçue dans la cadre des rendez- vous prévus avec les partenaires sociaux.

Nouveau site :
En partenariat avec AG2R LA MONDIALE, Force Femmes lance une plateforme numérique d’e-learning gratuite afin d’accompagner les femmes dans leurs démarches de retour à l’emploi.

En savoir plus : http://p55j.mj.am/lnk/AL8AAEu_E9cAAci8XYoAAAAAD68AAAAAAAIAF59mAAN3bQBddMPGFoTHonq2TQGtM-m4KQQNxwADUe4/9/FSeCLhMwJONh2HbkchWLsQ/aHR0cDovL3d3dy5mb3JjZWZlbW1lcy5jb20vbGFuY2VtZW50LWR1LXNpdGUtdmVycy1sZW1wbG9pLw
Utiles, les seniors ?
Le gouvernement français fait confiance à un senior pour mettre en place la réforme des retraites. Jean Paul Delevoye 72 ans !  Auteur du rapport du même nom, entre au gouvernement.

Exemple de coopération ville, Pôle Emploi et association.
Bordeaux enregistre depuis 4 ans des performances remarquables en matière de créations d’emplois. L’embellie ne profite pas à tous, en particulier aux personnes de plus de ... 50 ans au chômage depuis plus d’un an. Un « Club emploi compétences » à destination des seniors vient donc d’être lancé par la Ville de Bordeaux à la demande du maire Nicolas Florian, autour d’actions concrètes et innovantes.
C’est l’association reconnue d’intérêt général Actifs 33, qui a été choisie par la Ville pour créer un club de demandeurs d’emploi senior, doublé d’une sensibilisation des entreprises aux compétences, à l’expérience et au savoir être des plus de 50 ans.
Lancée en juillet 2019, cette démarche commencera par la constitution de groupes en partenariat avec Pôle emploi, la Maison de l’emploi, le Plie de Bordeaux et le club des entreprises de Bordeaux. Suivront les premiers entretiens et la mise en œuvre d’un parcours pour une soixantaine de seniors en six sessions de 10 personnes.
Au-delà du retour à l’emploi, cette action expérimentale a vocation à valider les bonnes pratiques innovantes, notamment une approche solidaire et collaborative de la recherche d’emploi. L’objectif est aussi de faire évoluer le regard que portent les entreprises sur les seniors, pour n’en retenir que la valeur ajoutée au sein de leurs équipes.
Nota : La Fides, il y a quelques années, avait proposé au niveau national une telle coopération avec ses membres.  Hélas, aucune suite n’avait été donnée par les pouvoirs en place !

Autre article à lire ou écouter : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/france-info-seniors/franceinfo-seniors-etre-senior-en-entreprise_3598233.html

Le vieillissement de notre population constitue une chance, un immense réservoir de connaissances et de savoir faire. C’est cependant une ressource qui s’effacera, silencieusement et définitivement,  si nous ne la mettons pas en œuvre TOUT de SUITE.
Réveillons- nous, il n’est pas trop tard, mais c’est urgent !
Levez vous, rejoignez les associations qui vous défendent, proposez votre soutien et vos actions, nous devons AGIR et faire soutenir les compétences des seniors par TOUS !

Le rapport annuel 2019 du Comité d’étude sur le vieillissement confirme les effets positifs de la réforme des pensions

Ce mardi 9 juillet, le Comité d’étude sur le vieillissement (CEV) a présenté son rapport annuel visant à analyser les conséquences à long terme du vieillissement de la population.

La réforme des pensions a un impact positif sur le coût du vieillissement

Le rapport de 2015 avait permis de mesurer l’impact de la réforme du relèvement des conditions d’âge et de carrière pour la pension. Le Comité d’étude sur le vieillissement avait estimé que cette réforme permettait de réduire de 1,9% l’évolution du coût du vieillissement à l’horizon 2060. Dans le rapport de 2017, l’impact des réformes sur l’évolution du coût du vieillissement en 2060 a même été porté à 2,0% grâce à l’impact positif de la réforme de la bonification pour diplôme. Le rapport de l’année passée indiquait à son tour que les nouvelles mesures prises, parmi lesquelles la réforme concernant la prise en compte des périodes assimilées, permettaient à nouveau de réduire le coût budgétaire du vieillissement.

La réforme des pensions a un impact positif sur la soutenabilité sociale

Comme l’année passée, le présent rapport confirme que les mesures prises en matière de pension renforcent non seulement la soutenabilité financière de notre régime de retraite mais également sa soutenabilité sociale. Le rapport du CEV de 2019 confirme une diminution du risque du pauvreté des 65+ au même niveau que la population globale. Cette évolution s’explique par :

-          Le taux de participation accru et croissant des femmes au marché de travail ;

-          Les revalorisations du montant des pensions minimum et de la GRAPA.
Pour rappel, sous cette législature, la pension minimum pour carrière complète a augmenté de 143 €/mois pour les salariés et de 205€/mois pour les indépendants. Avec ces augmentations, aujourd’hui, les minima pour une carrière complète pour les isolés dépassent le montant du seuil de pauvreté.

Selon le scénario de référence du rapport 2019 du Comité d’étude sur le vieillissement, le risque de pauvreté des 65+ continuera de diminuer.
En plus, les inégalités entre pensionnés, en particulier entre hommes et femmes, diminueront jusqu’à la fin de 2050, avant de se stabiliser.
Et cela, pour les mêmes raisons que celles qui expliquent la baisse du risque de pauvreté, à savoir, les augmentations du montant des pensions minimum et de la GRAPA et l’allongement des carrières des femmes ainsi que le relèvement de leur taux d’activité, résultant notamment des réformes adoptées par ce Gouvernement.

Le Ministre Daniel BACQUELAINE : « Le rapport 2019 du Comité d’étude sur le vieillissement confirme les effets positifs de la réforme des pensions que nous avons menées ces 5 dernières années, autant sur la soutenabilité budgétaire de notre régime de pension que sur la réduction du risque de pauvreté des pensionnés et des inégalités entre pensionnés. Je ne peux que me réjouir de ce constat. »

OFFRE GRATUITE DE COACHING & FORMATION  A DESTINATION DES PLUS DE 50 ANS

 

Trouver du travail ressemble pour vous à un parcours du combattant ?

Vous souhaitez faire le point sur vos compétences, votre profil et/ou votre orientation ?

Vous avez besoin d’être coaché pour mener une recherche d’emploi efficace à l’aide d’outils utiles ?

Si ces questions vous concernent, alors vous venez de trouver un coach professionnel pour vous guider et vous soutenir dans vos recherches d’emploi !

Nos objectifs

  • Nos formations ont pour but de vous coacher de manière personnalisée dans vos démarches, de vous apporter du soutien, ne plus vous sentir seul en vous offrant un accompagnement adapté.
  • Nous vous amenons à connaître vos limites et votre potentiel, nous vous donnons également les points clés pour que vos démarches soient efficaces.

Avantages

  • C’est entièrement gratuit!
  • Vous restez disponible pour un emploi tout au long de l’accompagnement
  • Actiris est notre partenaire et pourra constater votre investissement dans votre recherche d’emploi

 Conditions de participation

  • Avoir minimum 50 ans et ne pas être actuellement en procédure d’outplacement
  • Etre inscrit auprès d’ACTIRIS comme chercheur d’emploi
  • Habiter Bruxelles

               

Séance d’information obligatoire pour être sélectionné et être accompagné

  • Le mercredi 08/05/2019 à 09h30 précises
  • Adresse : Avenue des communautés 110, 1200 Bruxelles, 3ème étage
  • Se présenter à la réception et demander Guillaume de Lophem

 

Comment s’inscrire ?

Répondez par la positive à cet email en mentionnant :

  • Nom
  • Prénom
  • Nr GSM
  • Numéro de registre national
  • Adresse postale

 Contact

  • Par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Nos bureaux sont situés sur la commune de Woluwe-Saint-Lambert

Nous sommes conscients des difficultés rencontrées pour trouver un emploi et nous vous aiderons !

 

En partenariat avec :             actiris Brussel                                              et avec le concours du FSE :    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." width="61" height="43" />     

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous