INFORMATIONS BELGIQUE

La Commission européenne a publié un rapport sur le travail au noir dans les 28 pays de l'Union européenne, en interrogeant pas moins de 26 000 personnes.

11% des personnes interrogées avouent avoir déjà eu recours au travail au noir.

Les raisons avancées sont en premier lieu un coût moins élevé, suivi par le fait de faire plaisir à un ami en difficultés.

Le travail au noir concerne principalement les secteurs de la rénovation de logement, de la réparation automobile, du jardinage et de la garde d'enfants.
Pour les besoins de cette enquête, la question
"Et vous, connaissez-vous personnellement des gens qui ne déclarent pas tout ou partie de leurs revenus ?" a été posée.

Verdict, c'est au Danemark, avec 59% de réponses positives, que le travail au noir semble être le plus répandu.
Mais les autres ne sont pas mal non plus !

· Le Danemark : 59%

· Les Pays-Bas : 55%

· La Grèce : 54%

· La Slovénie : 48%

· La Lettonie : 46%

· La Croatie : 41%

· La Belgique : 40%

· Chypre : 39%

· La Suède : 39%

· La France : 38%

 

Commentaire SeniorFlex

Contrairement à une opinion fort répandue , le travail au noir ne résout aucun problème, mais en crée de nouveaux :

C'est de la concurrence déloyale par rapport à ceux qui travaillent normalement. Ca contribue à déséquilibrer la Sécurité Sociale, car si plus personne ne paie de cotisations , elle sera rapidement en faillite !
Enfin ceux qui se font prendre, le paient tellement cher, qu'ils se retrouvent rapidement à l'Assistance Publique ...


Nos gouvernants devraient se poser la question de la cause de ce travail au noir ?
Les pénalités sur le travail des pensionnés sont tellement injustes , en Belgique , que le Gouvernement pousse au crime !
Et l'opinion publique qui continue à rejeter les 45+ du marché du travail ,y contribue largement aussi.

La législation est- elle vraiment si bien adaptée qu'on prenne de tels risques pour y échapper ?
Comment se fait- il que seule la Belgique interdise à ses pensionnés de travailler librement !

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous