INFORMATIONS BELGIQUE

Election 2012 - Réponse d'Ecolo au Questionnaire SeniorFlex -

 Madame la Présidente,
 

Votre courriel du 12 septembre 2012 nous est bien parvenu et a retenu notre meilleure attention. Vous trouverez ci-dessous, nos réponses à vos différentes questions. 

1.  Comment inciterez-vous les entreprises à mieux gérer leurs besoins en compétences, à lutter contre la discrimination par l'âge et à diffuser des exemples de bonnes pratiques ?

Le groupe ECOLO-Groen vient de déposer 4 propositions de loi :

1° Proposition de loi visant à développer la formation des travailleurs et à gérer de manière anticipative les compétences et ressources humaines au sein des entreprises (plan prévisionnel des compétences nécessaires dans toute entreprise de plus de 50 travailleurs, obligation de proposer des formations aux travailleurs à tout employeur,...)

2° Proposition de loi visant à encourager les entreprises à augmenter leurs efforts de formation des travailleurs et à respecter la pyramide des âges de leur personnel dans leurs efforts de formation

3° Proposition de loi en vue de faciliter l'adaptation des postes de travail pour les travailleurs

4° Proposition de loi visant à concrétiser le Plan pour l'emploi des travailleurs âgés (mesures en faveur du maintien ou de l'accroissement du nombre de travailleurs âgés de 45 ans et plus ; mesures liées à la transmission des savoirs et des compétences et au développement du tutorat ; éléments spécifiques pour la catégorie des travailleurs âgés de 55 ans et plus)

 

2. Comment comptez-vous donner une impulsion nouvelle au travail des seniors ? Vos candidats sont- ils prêts à susciter et réaliser une grande campagne de communication sur le thème « les Seniors, une ressource et non une charge » ?

 - Voir ci-dessus.


3. Comment vos candidats comptent-ils organiser l'accueil et le soutien concret des seniors qui désirent rester actifs ? Quelles actions  de terrain  prévoyez- vous pour encadrer l'offre et la demande de compétences diverses ?

La présence et l'action de plus en plus d'aînés dans nos communes doit être vue comme un signe de richesse.

Un des enjeux majeurs est de valoriser leur expérience et de faire d'eux des partenaires de la vie sociale, économique et politique locale.

Créer dans les communes ou associations de communes un « observatoire public» ou un « Conseil consultatif communal des aînés » dont l'objet est plus large que les loisirs, comme par exemple le relevé des besoins spécifiques aux aînés dans les domaines des prestations de service, de transport public, de logement et d'urbanisation, de soins de santé, de formation, d'emploi et participation citoyenne.

Valoriser le savoir des aînés dans la commune au bénéfice de tous, par exemple via les écoles de devoirs, en proposant aux aînés d'être témoins au cours d'histoire contemporaine, ou en favorisant les dons de livres d'époque dans les bibliothèques communales

Offrir la possibilité aux aînés de participer aux élections communales : l'accessibilité aux bureaux de vote doit être renforcée, la commune doit assurer un dispositif de véhicules adaptés ou de transport collectif et envisager de mettre des bureaux de vote officiels aussi dans les maisons de
repos afin notamment de mettre un terme aux pratiques clientélistes qui prévalent lors des élections et de garantir aux ainés leur droit de vote effectif

Proposer durant toute l'année et à différents moments de la journée des activités à destination des aînés mais aussi des activités intergénérationnelles

Rendre accessibles aux aînés des activités ouvertes à tous, que ce soient des activités faisant appel au sens critique, à la créativité, visant au maintien des liens sociaux ou axées sur la santé et la condition physique.

Favoriser les échanges au moyen de restaurants collectifs, de jardins partagés, de la participation au contrat de rivière2; encourager les activités de type carrefour des générations, la formation des aînés par les plus jeunes dans les espaces numériques, l'ouverture ponctuelle des maisons de jeunes aux aînés...

Soutenir les associations d'aînés pour développer et encourager le volontariat

Il s'agit dans cet axe de promouvoir l'offre des activités dans le domaine des loisirs et de permettre aux aînés de prendre des initiatives et/ou de prolonger une activité lorsqu'ils le souhaitent, que ce soit sous forme de bénévolat, d'emploi ou autres. Il est à remarquer que cet axe relève d'un côté ce que la société peut apporter aux ainés et d'un autre ce qu'ils peuvent lui apporter. Cet apport bidirectionnel renforce la solidarité intergénérationnelle.
 

4. Ne pensez-vous pas qu'il faille supprimer les freins à l'activité des seniors, tels que plafonds, interdictions et pénalités ?


A partir du moment où un revenu lié à une activité professionnelle dépasse un certain montant, ce revenu ne peut pas être cumulé avec la totalité d'un revenu de remplacement. 
Ecolo n'est pas favorable, comme c'est le cas pour le moment, à une suppression complète de la pension.  Il faudrait donc sans doute réfléchir à un dispositif intermédiaire, dégressif, qui garantisse l'augmentation du revenu total (travail + pension > pension) sans pour autant permettre un cumul pur et simple des deux revenus.

5.  Pensez-vous mettre en place un dispositif accessible à toutes les catégories de salariés pour valoriser les acquis de l'expérience et autoriser l'enseignement de ces compétences vérifiées et certifiées par leurs pairs, avant la disparition de cette expertise?

Oui.  C'était l'objet du Plan Tandem dans le secteur non marchand, initié par  Ecolo.  Ce plan est actuellement mis à mal par les arrêtés royaux pris en ce début d'année, arrêtés visant à restreindre l'accès au crédit-temps et à l'interruption de carrière. C'est également l'objet de la 4ème proposition de loi (citée ci-dessus), qui a pour objet que le plan pour l'emploi des travailleurs âgés contienne des mesures liées à la transmission des savoirs et des compétences et au développement du tutorat. 
En effet, dans un avis relatif à la situation des travailleurs vieillissants face aux mutations industrielles (SOC/297), le Comité économique et social européen a en effet estimé que les initiatives prises en faveur du tutorat et à la transmission intergénérationnelle de compétentes sont bénéfiques à tous les niveaux et indispensables à la poursuite d'une politique de vieillissement actif efficace. Le développement de fonctions professionnelles pour ceux qui deviennent plus âgés, par exemple sous la forme de missions de parrainage, d'accompagnement ou de tutorat, favorise la continuité institutionnelle et la transmission des valeurs de l'entreprise
.


6. Comment comptez- vous encourager la création ou la reprise de PME par des seniors qui veulent continuer une activité professionnelle ? Quelles mesures pensez- vous employer pour créer une synergie entre grands groupes et les PME dans votre bassin d'emploi ?


Les séniors présentent certainement des qualités et compétences pour se lancer dans le défi de l'entrepreneuriat car ils bénéficient, d'une part, d'un réseau professionnel préexistant, et d'autre part, d'une expérience non-négligeable qui leur permettent d'aborder l'étape de la création/reprise d'entreprise avec plus de recul et de discernement.

Par ailleurs, la création d'entreprise peut réellement constituer une deuxième chance pour un senior qui vient de perdre son emploi, surtout au regard du faible taux d'emploi dans cette catégorie de la population.

Néanmoins, les séniors rencontrent généralement une série de freins qui les empêchent de créer leur entreprise : le refus de l'obtention d'un prêt nécessaire pour lancer son activité ou le refus de l'obtention de l'assurance obligatoire, le manque d'information, le manque de soutien spécifique, le poids des idées reçus...

Il nous faut donc agir. Agir via la mise en place d'une réelle campagne d'information revenant sur la possibilité pour un senior, y compris retraité (sous certaines conditions) d'exercer une activité indépendante, faciliter l'accès aux crédits aux porteurs de projets, sensibiliser positivement les structures d'accompagnement aux spécificités du publics « seniors »,...

Il faut également développer une réelle politique de mentorat d'affaire où chefs d'entreprise expérimentés et jeunes entrepreneurs se rencontrent afin que ces derniers puissent bénéficier d'un accompagnement et de conseils pertinents. 

 

 

Synergie entre grands groupes et PME

 

La synergie entre les grands groupes et les PME se réalise en partie autour de la thématique de la sous-traitance.
Il revient, dans un premier temps, aux autorités locales de procéder à une analyse précise des besoins en sous-traitance des grandes entreprises et des commerces et développer des politiques pour attirer ces activités tout en restant conscientes que la sous-traitante doit incarner une collaboration et une réelle opportunité économique mais qu'elle ne peut être synonyme de dépendance vitale des PME vis à vis de ces grands groupes.

La commune devra également mettre en réseaux les entrepreneurs et acteurs économiques locaux afin de développer les synergies humaines et professionnelles.

Plus largement, il revient aux autorités locales de favoriser le développement de filières productives à faible impact via une gestion durable et socialement responsable des Zones d'Activités Economiques (ZAE), en concertation avec les intercommunales de développement économique et les Régions et localiser les entreprises de telle sorte que l'énergie nécessaire au transport de personnes et de biens soit minimale : le long des voies d'eau, de lignes de chemin de fer .... Les éco-zonings font aussi partie des moyens de réduire l'impact environnemental et permettent également de rassembler dans un même lieu grandes et petites entreprises.

 

7. Que pensez-vous du droit de choisir librement l'heure de l'arrêt de l'activité, et de prendre en compte toutes les prestations de travail valoriser toutes les prestations de travail (y compris celles accomplies après 65 ans) dans le calcul de la pension individuelle ? 


 C'est déjà le cas pour le moment.  Les indépendants, les salariés et, depuis peu, les fonctionnaires peuvent, moyennant l'accord du travailleur et de l'employeur, travailler après 65 ans, sans prendre leur pension.  Cette période est prise en considération dans le calcul de la pension (s'ils ne dépassent pas 45 ans de carrière).

 

 Nous vous prions d'agréer, Madame la Présidente, l'expression de notre considération distinguée.

 

Laurent COLLET

Directeur politique d'Ecolo

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous