INFORMATIONS BELGIQUE

                                                                                                        

Merci de  votre intérêt pour l'action de SeniorFlex.

Nous sommes une association de seniors bénévoles, qui avons décidé de faire pression, pour que les seniors
de 45 ans et plus qui désirent continuer à rester professionnellement actifs,  à gagner leur vie,  et
puissent le faire dans les meilleures conditions.

Nous sommes actifs en Belgique et en France.

Nous allons donc voir les Ministres,  nous nous adressons aux partis politiques, nous écrivons dans la presse,

nous parlons à la radio et à la télévision pour expliquer aux entreprises et aux seniors

qu'ils ont grand intérêt à travailler ensemble.

Rejeter les seniors dès 45 ans pour des préjugés discriminatoires d'âge, c'est gaspiller des compétences inutilement.

La discrimination par l'âge n'est pas une fatalité !

Nos Membres soutiennent ces actions en manifestant qu'ils veulent qu'on parle en leur nom et qu'on les représente.

Car l'Union fait la Force.
Quand tous les seniors mécontents s'uniront,
au lieu de pleurer chacun tout seul dans leur coin, on fera changer les choses.
Saviez vous que les 45+ constituaient 1/3 de toute la population ?
Et ils ont tous le droit de vote !

L'essentiel de nos communications se fait par notre site web www.seniorflex.org.

C'est sur ce site, à la rubrique Adhérez – que vous pouvez suivre les instructions
pour nous rejoindre et vous faire membre

Vous pourrez y voir une Pétition pour qu'on cesse de limiter l'action des pensionnés avec des plafonds ridicules. Un clic de souris et vous signez.

Vous y verrez aussi ce que font pour les seniors,
-nos gouvernants,  les autres pays, le Parlement Européen, les grandes organisations internationales,  
-ce que nous proposons comme solutions,
et  vous pourrez nous faire connaître vos commentaires, en nous envoyant un message à la rubrique Contact.

Nous proposons aussi à ceux de nos membres qui le désirent, et sont en ordre d'inscription et de cotisation,
un accompagnement pour se ré-orienter en réfléchissant à tous les choix qui peuvent s'offrir à eux.
C'est le service FLEXSenior, qui permet également le placement gratuit sur notre site,
de petites annonces pour la demande et l'offre de compétences de nos membres

Ne restez pas isolé :  si vous vous faites membre de SeniorFlex
En étant membre, VOUS REJOIGNEZ UN GROUPE DE SENIORS ACTIFS
vous choisissez un porte- parole pour faire savoir qu'il faut améliorer les conditions de travail des 45+,
et vous pouvez vous tenir au courant de nos actions par le site.

Si vous n'avez pas Internet, demandez à un ami ou une connaissance de vous aider.

{petition identifier="test_petition"}

Agés, mais pas hors jeu !

Les seniors ne veulent pas être mis hors course !

OUD IS NIET OUT (Rudy Aernoudt)

 

Selon les statistiques, la Belgique compte actuellement 1,9 million d’habitants ayant atteint 65 ans, âge qui leur permet de faire valoir leurs droits à la pension.

Dans la réalité, l’âge moyen de départ en retraite des Belges est de 59 ans, de sorte que le nombre de retraités dépasse largement celui des seniors de 65+.

Les responsables qui doivent prendre des décisions fondamentales de bonne gouvernance ne doivent pas se baser sur les observations du passé, mais sur les perspectives qui se profilent à l’horizon.

 

D’un point de vue démographique, la Belgique, et singulièrement la Flandre, sont confrontées à une double tendance :

  • d’une part, il y a la génération montante qui ne compense pas en nombre les départs du papy boom. Au cours des dix dernières années, la population des jeunes de moins de 18 ans a diminué de 100 000 unités, dont 80 000 en Flandre. Cette tendance ira en s’intensifiant. En 2050, selon les prévisions, leur nombre régressera encore de 200 000 unités.
  • d’autre part et parallèlement, nous vivons tous plus longtemps, grâce à de meilleurs soins de santé. A l’horizon 2050, la Flandre devrait à elle seule, compter 1,7 million d’habitants ayant atteint l’âge de 65 ans, soit autant qu’aujourd’hui pour toute la Belgique. Notre pays dans son ensemble aura près de 2,9 millions de personnes qui auront atteint la limite d’âge de la pension.

 

Ignorer ces tendances démographiques est irresponsable. Mais il y a plus.

A 65 ans, un homme a encore une espérance de vie de 20 ans, et une femme de 25 ans.
Ce double paramètre (du nombre et de la longévité) exerce une pression énorme, intolérable et pouvant conduire à la faillite de notre système de Sécurité Sociale.

Il est donc indispensable de prendre des dispositions réalistes de bonne gouvernance.

Tout d’abord, pour respecter la stratégie de Lisbonne, nous devons endiguer les mesures « Canada Dry » et autres formules de pré-retraite, qui encouragent la sortie anticipée du circuit du travail.

Le Pacte entre les générations est un pas dans la bonne direction.
Les gens doivent autant que possible, être encouragés à rester dans le circuit professionnel, étant entendu qu’à l’âge de 65 ans, ils possèdent un droit inconditionnel à une pension convenable, en fonction du nombre d’années de travail, mais doivent garder une totale liberté de choix sans obstacles ni contraintes.

 

FAIRE DE LA RETRAITE UN DROIT INCONDITIONNEL

 

Pourquoi se priver de la contribution d’un tiers de la population «potentiellement  active »? Une seule mesure doit être prise : la suppression des plafonds de cumul d’activité lucrative autorisée, de sorte qu’une fois l’âge de la pension atteint, un retraité, s’il désire rester actif, puisse bénéficier sans aucune restriction, d’un revenu complémentaire d’activité en sus de sa pension légale .

Passons en revue les parties prenantes à pareille mesure.

1) Les retraités, qui le désirent, peuvent se rendre utiles pour la société et pour eux-mêmes.

Pour eux-mêmes, car un actif qui a choisi de l’être, est plus heureux et garde une meilleure santé, tout en s’assurant des revenus supplémentaires..
Cela évitera le travail au noir ou la construction de sociétés paravents, pour circonvenir les obligations ou restrictions légales en matière de revenu d’appoint.
Mais surtout, un bien plus grand nombre de personnes, qui aujourd’hui ne travaillent pas, pourront apporter leur contribution à l’économie et à la société ainsi que transmettre leur savoir-faire aux autres générations.

 

2) Pour l’économie, handicapée aujourd’hui par une pénurie de compétences dans divers secteurs, cet apport complémentaire de compétences améliorera la position concurrentielle de nos entreprises.
Sous l’angle de la société, cela se traduira par une plus-value additionnelle non négligeable.

 

3) L’Etat est également gagnant. Les retraités qui auront des revenus d’appoint, sur lesquels ils paieront cotisations sociales et impôts, contribueront à assurer le paiement de la sécurité sociale. Tout le monde en tirera donc avantage.

 

LES FORCES ADVERSES

 

Qui peut y être hostile ?

1) Ceux qui pensent et affirment que les seniors enlèvent le travail aux jeunes.

Pareille position ne cadre pas avec la réalité.

Dans les pays de l’Union qui ont déjà adopté une politique de maintien des seniors à l’emploi, on constate que le chômage des jeunes y est également en régression.

La plupart des entreprises qui sont confrontées à un déficit de personnel qualifié, gagneront en productivité, en particulier quand ces seniors aident les jeunes à atteindre rapidement le bon niveau de compétence par l’intermédiaire d’un Tutorat.

Compte tenu de l’évolution démographique décrite plus haut, l’activité additionnelle des seniors créera aussi de nouvelles richesses, de nouveaux besoins, de nouveaux marchés et en conséquence, de l’emploi pour les jeunes.

 

2) L’Etat qui peut craindre une dépense supplémentaire immédiate, car il devra payer des pensions qui sont non-décaissées actuellement, en raison des dépassement de plafonds de cumul autorisé .

Un certain nombre de retraités sont contraints de renoncer à leurs droits à la pension, précisément parce qu’ils veulent encore rester actifs, ou cherchent à gagner plus que le montant de la pension légale, souvent insuffisant pour vivre et le montant du plafond de cumul autorisé (essentiellement des indépendants sans doute) .

On estime à +/- 20 000 le nombre de retraités « potentiels » se trouvant dans cette situation aujourd’hui. Ils représentent (à 1000 euros par mois ou 12000 € par an) un potentiel de dépenses supplémentaires évaluées à 240 millions d’euros par an.

 

Tout d’abord, on objectera que ces « économies  de l’Etat » ne sont pas justifiées, puisqu’elles sont basées sur une négation des droits fondamentaux des retraités (la retraite est un salaire différé et non une largesse de l’Etat)

En termes purement financiers, ces « économies de l’Etat » seront en outre plus que compensées par les compléments de revenus des retraités « officiellement » actifs, comme le montre l’exemple ci-dessous.

Pour compenser cette dépense additionnelle, supposons que 10% des pensionnés actuels (1.9 millions) continuent de travailler, pour la plupart à temps partiel. Cela signifie qu’un peu moins de 200 000 personnes restent actives sur le marché du travail (300 000 en 2050). Il suffit que ces personnes génèrent, indépendamment de leur pension, un complément de revenus de 200 euros par mois, sur lequel elles paient environ 100 euros d’impôts et charges. 100€ x 12 mois x 200.000 personnes = 240.000.000 €
Supposons, ce qui est plus réaliste, qu’elles gagnent en plus 500 euros par mois soit 250 € de taxes et charges X 12 mois X 200.000 personnes, cela se traduirait par des recettes de 600 millions d’euros pour le Trésor. Joli surcroît.

 

Cette activité supplémentaire produisant des revenus supplémentaires –ou augmentation du pouvoir d’achat,- ceux-ci  seront immédiatement dépensés et entreront donc dans le cercle vertueux du circuit économique, produisant taxes TVA et créant de nouveaux besoins, donc de nouveaux emplois.

La suppression des plafonds aura donc inévitablement des impacts bénéfiques pour toutes les parties prenantes.
Mais aussi, une restitution de la liberté de travailler !

 

CONCLUSION

 

Par la suppression des plafonds, pour les pensionnés, la situation de l’Etat, de l’économie, de la société et des retraités se trouvera améliorée

Qu’attendons-nous encore pour agir et aller de l’avant ?

 

Vous pouvez soutenir notre action !
Signez la pétition via www.seniorflex.org.

 

 

 

 

 

Association pour la représentation, la défense et la valorisation des Seniors de 45 ans et +
qui veulent continuer une activité professionnelle.

 

Un Manifeste pour l’emploi senior en Belgique

 

L’Europe vient de décréter 2012, année européenne du vieillissement actif

La crise s’étend dans toute l’Europe, et les grands groupes recommencent à supprimer des postes.
Les jeunes et les seniors sont, dans ce contexte, les plus touchés en matière d’emploi.

Les seniors sont une fois de plus sacrifiés.
Le Gouvernement, pressé par l’Europe, a pris des mesures hâtives, partielles et mal ficelées
(l’emploi des seniors ne concerne pas seulement le Ministre de l’Emploi !).
Les pensions sont réformées, les prépensions transformées, le marché du travail doit aussi être reconsidéré…

Les associations ne sont pas consultées, les dispositions législatives ne sont pas mises en concordance,
les effets pervers demeurent et l’emploi des seniors est toujours miné par un contexte légal
hostile et décourageant.

Or la pénurie de compétences et de main d’œuvre se fait déjà sentir.
La FEB a sonné l’alarme en septembre 2011, (Expérience is our capital)

et persiste avec un After Forum le 26 avril 2012 ,
mais la situation demeure toujours très préoccupante,
en l’absence d’une action volontariste, coordonnée et durable de la part du Gouvernement.
Celui-ci , qui devrait montrer l’exemple, n’a pas compris, semble t il,

toute l’importance de l’enjeu socio- économique de la gestion du Vieillissement Actif.

 

Dans le même temps, il est demandé de prolonger la carrière professionnelle,
mais personne ne semble se soucier des conditions.
Encore faudrait-il pouvoir continuer sa carrière au delà de 45 ans 
et pouvoir retrouver du travail, si on le souhaite!

Réunies dans le cadre d’une mission d’étude et de formation
sur les bonnes pratiques  pour l’emploi des Seniors, en Belgique,
une dizaine d’associations françaises se sont regroupées pour une semaine d'étude à Bruxelles,
sous l’égide de la FIDES française (Fédération Interrégionale pour le Développement de l’Emploi des Seniors).
Celle-ci s’est fait leur porte- parole au près des décideurs politiques français  pour exprimer leurs constats,

leurs demandes et présenter leurs propositions sous la forme d’un Manifeste.

SeniorFlex, qui avait organisé le programme de cette mission, a également tiré les leçons de ces exposés

sur le marché belge des Seniors actifs.
Voici le Manifeste belge. Le vieillissement, c’est notre affaire à tous !
Et les 45+, c’est un tiers de la population, tant en France qu'en Belgique!

 

Manifeste
 
pour l'empl
oi des Seniors en Belgique.

L’emploi senior doit s'entendre comme une grande cause nationale

1. Lancer un Plan de Communication cohérent, élaboré en concertation avec les Associations,

et s’inscrivant dans la durée.
Nous devons communiquer largement pour modifier tous les comportements
et lever les freins à l'emploi des seniors.

2.Etablir un Plan Emploi Senior
La France a lancé un Plan Emploi Senior au 1er janvier 2010. Pas la Belgique
Or, si un Plan Emploi Senior est maintenant à l’étude au SPF Emploi,

les associations qui demandent de pouvoir faire entendre leurs suggestions, ne sont pas reçues.

Proche du terrain, SeniorFlex dispose d’une réflexion approfondie sur la question depuis 2003,

et souhaite coopérer à l’effort commun pour améliorer les conditions dans lesquelles les seniors

qui le souhaitent, devraient pouvoir travailler plus longtemps.

3. Modifier de toute urgence les dispositions législatives et règlementaires restrictives
qui influencent l’opinion publique et freinent ou découragent les seniors qui veulent rester actifs.

Mais aussi, car c’est comme un symbole d’interdiction,
supprimer immédiatement et totalement tous les plafonds
qui entravent le travail des pensionnés,
les pénalités fiscales, solidaires et règlementaires qui minent la rentabilité d’un travail prolongé.
L’équilibre de la Sécurité Sociale est en danger, l’économie est menacée.
Il faut cesser d’ignorer et de décourager ceux qui veulent encore être actifs.


4
. Evaluer les outils existants pour soutenir les Seniors actifs, l’accueil des seniors,

l’adaptation des actions de formation continue et de réinsertion, les divers plans de formation

et de remise à l’emploi : Activa et WinWin, ainsi que les conditions de l’Outplacement obligatoire

en cas de licenciement de 45+.
Evaluer régulièrement les résultats des plans mis en œuvre et

prendre sans délai les actions d’amélioration qui s’imposent.

5.Reconnaitre le rôle des associations et les considérer comme un interlocuteur systématique
des organismes travaillant ou réfléchissant au problème de l'emploi senior,

les associations restant elles-mêmes, sur le terrain, un relais des entités officielles.

-        6. Mettre en œuvre une véritable Flexicurité.
C’est une solution complexe, car elle nécessite des accords multiples,

      et demande la collaboration active de tous les acteurs de terrain.

-          7. Développer des solutions intergénérationnelles
et favoriser le transfert des savoirs et des savoir-faire, par une action coordonnée

       entre les différents Ministres concernés au sein des divers Gouvernements.

-          8. Elargir le secteur d’application du Tutorat Interactif et de la Validation des Acquis de l’Expérience - exploitable en moins de 6 mois.
Aider à la transmission des savoirs et des savoir-faire par le Tutorat Interactif,

       en adaptant la VAC de toute urgence, et à tous les métiers !
Nous proposons une certification des compétences acquises sur le terrain, à la carte,
par des professionnels du métier
considéré, et non un diplôme universitaire !

-          9. Un accompagnement, sous forme de formation courte, pourra être fait dans les centres de validation de compétences, afin de permettre aux postulants d’acquérir les compléments de compétences éventuellement nécessaires
pour effectuer des intérims des matières validées,  dans l’enseignement.

-          10. Accompagnement
Agir au niveau régional, au plus près de l'emploi, entre autres, en activant des réseaux
pouvant accompagner des chercheurs d'emploi 45+ , telles les associations,
favoriser la création de clubs intergénérationnels
où associations et organisations agiraient en collaboration étroite
avec les instances administratives de l’emploi et de la formation .

 

 

                                                                                                                          Bruxelles, Février 2012

A Monsieur Elio di Rupo
Premier Ministre de Belgique

  

Monsieur le Premier Ministre,

 

SeniorFlex, asbl , avait suivi par une participation active, les actions des Etats Généraux des Ainés du PS.
Nous soutenons plus que jamais la cause des Seniors de 45 ans et + ,
qui veulent continuer à exercer une activité lucrative.

Écoutant votre adresse, lors du Sommet du Business Européen,
nous avons apprécié et salué l'expression de votre conviction
dans la nécessité de mobiliser les talents pour retrouver la croissance.

Dans la continuité de votre intervention, nous voudrions faire appel à votre leadership,
et obtenir une entrevue, afin de vous proposer de soutenir le projet d'action ci après,
dans le cadre d' une action concertée de plusieurs ministres du Gouvernement
Fédéral.

Nous voudrions, avec votre aide, suggérer au Gouvernement  de :
- communiquer sur l'importance que représente
la richesse de l’expérience  des seniors qui désirent continuer à être actifs,
-  mettre en place une campagne nationale
de communication de longue durée
sur le rôle potentiel des seniors dans notre société
- et décliner un
Plan d'action. (voir notre Manifeste - ci joint)

Par notre action en France, nous avons des éclairages particuliers
sur le Plan emploi senior français , ses réussites et ses faiblesses.
Nous avons demandé une entrevue à Mme la Ministre Monica de Coninck
, pour partager
ces réflexions avec elle , mais en vain jusqu’ici.

Nous avons également des propositions très concrètes
pour le travail des pensionnés qu’il importerait de libérer totalement.
Nous avons rencontré des membres du Cabinet de Mr. le Ministre van Quickenborne

et leur avons présenté nos idées ; certaines contraintes devraient cependant être revues.

Monsieur le Président Rudy Demotte nous a accordé son attention. 

Nous sommes convaincus que le travail des seniors
serait un levier incomparable pour notre économie.
Le Gouvernement a un rôle indispensable  à jouer dans leur reconnaissance officielle
et dans la motivation des entreprises à ne plus rejeter les seniors, mais à les apprécier.

La FEB a consacré un Forum et un AfterForum au thème « Expérience is our capital ».
Enfin, l’Europe a proclamé l’année 2012, l’année du Vieillissement actif et de la solidarité,
et nous suivons étroitement les  évènements suscités par ce thème.

Mais la situation des Seniors Belges est toujours freinée par des préjugés tenaces
et par des règlements et lois tout à fait obsolètes.
Une action concertée et cohérente s’impose.

Il est urgent d’intervenir, Monsieur le Premier Ministre, car le travail au noir n’est pas une solution.

Auriez vous l’amabilité de nous accorder un rendez- vous à votre meilleure convenance ?

 

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’assurance de notre très haute considération.

 

 


    
ASBL-VZW

 

Christiane ROBERT

Présidente - Voorzitster

Avocat Honoraire - Ere Advokaat

Tel 02 733 72 73

10a Square Vergote Bte 10, - Vergoteplein Bus 10

1200 Bruxelles 1200 Brussel

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.seniorflex.org

 

.

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous