Lancement d’une campagne de communication pour rappeler encore un plus grand nombre de petites entreprises sur la mesure « zéro coti ».
Cette mesure vise à aider les indépendants à franchir le pas du premier engagement permettant ainsi la création de nouveaux emplois.

 28.266 emplois ont déjà été créés grâce à la mesure « zéro coti » mais cela ne représente que 2/3 des premiers engagements.

C’est bien mais pas assez ! Le gouvernement veut voir les primo-employeurs encore mieux accompagnés. C’est donc pour toucher l’ensemble des nouveaux employeurs qu’une campagne de communication « premier engagement » va être lancée dans le courant des prochaines semaines.

 Cette campagne permettra d’une part d’informer à nouveau les petites entreprises sur les avantages dont elles peuvent bénéficier lors de l’engagement de leur premier travailleur salarié. D’autre part, elle insistera sur la simplicité de la procédure à suivre pour bénéficier de cette mesure.

Cette campagne comprendra     :

·         3 spots promotionnels,

·         un dépliant d’information générale,

·         des affiches pour les partenaires potentiels,

·         et des annonces pour les médias sociaux.

Le Ministre des Indépendants et des PME, Denis Ducarme :
« Trop d’indépendants, qui pourraient développer leurs activités, hésitent encore à engager un premier travailleur.

La campagne de communication qui va démarrer permettra à plus d’entrepreneurs de prendre conscience des véritables possibilités qui s’offrent à eux et de prendre enfin la bonne décision : l’engagement du 1er travailleur avec exonération à vie des cotisations sociales patronales principales. »  

La Ministre Maggie De Block :
« La mesure « zéro coti » fait vraiment la différence pour les petites entreprises et les indépendants. Il est donc important qu’ils soient informés du mieux possible de  de son existence. C’est pour cette raison que nous organisons une campagne de communication qui leur est destinée. »

 Commmentaire SeniorFlex:

Bravo Monsieur le Ministre - il ne suffit pas de faire mais aussi de faire savoir et d'inciter à agir 
A propos à quand une campagne de communication sur la valeur et l'apport des seniors dans l'emploi ?

 A quand une mesure d'aide à l'embauche d'un senior au chomage de longue durée ?

Les indépendants en personne physique
et les conjoints aidants pourront accéder à la pension complémentaire du 2ème pilier.

24/01/2018

A l’initiative du Ministre des Indépendants Denis Ducarme, du Ministre des Pensions Daniel Bacquelaine et du Ministre des Finances Johan Van Overtveldt, la Commission Economie a approuvé cet après-midi une mesure en faveur des indépendants :
l’accès à un 2ème pilier de pension, autrement dit, à une pension complémentaire.

 Aujourd’hui, les indépendants en société ont accès tant à la pension complémentaire libre pour indépendants  (PCLI) qu’à un 2ème pilier de pension (engagement individuel de pension), mais les indépendants en personne physique ne bénéficieaint que de la PCLI.

Cet après-midi, le Ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine et le ministre des indépendants et des PME Denis Ducarme ont présenté le projet de loi en Commission de l’Economie de la Chambre.
Voici le Communiqué de Presse du ministre des Classes Moyennes. Daniel DUCARME.

Le ministre des indépendants Denis Ducarme : « Nous voulons offrir les mêmes possibilités à tous les indépendants et améliorer leur statut en permanence. Aujourd’hui les salariés et les dirigeants d’entreprises ont déjà des possibilités de se constituer un 2ème pilier pour se garantir une pension équivalente à 80% de leurs revenus. En offrant également cette possibilité aux indépendants en personne physique il n’y a plus de discrimination. »

Le Ministre Bacquelaine se réjouit aussi « de cette décision qui permet de donner accès au second pilier aux indépendants en personne physique, commerçants, artisans ou professions libérales.  C’est un pas supplémentaire vers la généralisation des pensions complémentaires et vers l’harmonisation des régimes

 Avec la nouvelle loi, ces indépendants, ainsi que les conjoints aidants, les aidants indépendants, et les indépendants à titre complémentaire
qui cotisent autant que ceux à titre principal, pourront choisir d’épargner davantage pour leur pension, dans un système où les prestations seront imposées
au taux distinct de 10%.  L’indépendant pourra, moyennant le respect de la limite fiscale des 80%, bénéficier d’une réduction d’impôt de 30 % sur les primes payées.

Pour souscrire à ce nouveau système, les indépendants en personne physique pourront conclure un contrat auprès de leur assureur ou fonds de pension répondant aux conditions prévues dans la loi, et ce, dès trois mois après publication de la loi au Moniteur belge.

Commentaire SeniorFlex : Important : le 2° pilier est enfin ouvert aux indépendants en personne physique.

 Cela ne veut pas dire que votre pension augmentera automatiquement mais  que si vous voulez préparer votre pension à temps , vous pourrez épargner pour le faire de façon intéressante !

4 seuils de cotisations sociales supplémentaires pour les indépendants pour 4 fois plus de souplesse 

Le Ministre des Indépendants Denis Ducarme : « La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Un indépendant peut être confronté à un investissement important, la perte d’un gros client ou la diminution du carnet de commande. Grâce à cette mesure, il pourra alléger sa trésorerie d’un montant de cotisation qui lui aurait quand même été remboursé plus tard. C’est un système plus souple, plus attractif et moins rigide. C’est également une réponse concrète à un problème auquel sont confrontés beaucoup d’indépendants.»

Exemples :

  • René, qui est menuisier, connaît en 2018 une baisse de ses revenus habituels de 70.000 à aujourd’hui 35.000 euros suite à un investissement dans une machine de découpe de pointe et une camionnette pour son nouvel employé

o    En 2017, il n’a aucune possibilité d’ajuster ses paiements provisoires, quelles que soient les preuves et éléments objectifs qu’il apporte. En effet il gagne plus de 26592.49€ qui est le premier seuil d’adaptation.

ð  il paye trimestriellement 3.700€ de cotisation correspondant à 70.000 euros de revenus


Deux ans plus tard (2019), lorsque ses revenus sont établis par l’administration fiscale (35.000 euros), ses cotisations 2018 seraient recalculées à hauteur de 1.900 euros/trimestre.  Le trop payé soit 7200€ (3700-1900)*4) lui serait alors remboursé.

o    En 2018, l’indépendant pourra directement demandé une réduction de ces paiement sur la base d’un seuil légal de 37.607,47 euros, et payer 4 x +/- 1.900 euros.

Différence sur la trésorerie 2018 de l’indépendant : 7.200 euros !

En 2020 au moment de la régularisation, la légère différence qui pourrait encore subsister lui sera remboursée.

 

Toutes les années de travail effectif compteront désormais pour le calcul de la pension

La Chambre des Représentants réunie en séance plénière a voté en faveur du projet de loi relatif à la suppression de la limitation à l’unité de carrière.

L’objectif est de permettre à ceux qui poursuivent le travail après une carrière complète (45 ans) de se constituer des droits de pensions supplémentaires.
Jusqu’à présent, un travailleur salarié ou indépendant, qui a commencé sa carrière professionnelle à 18 ans et qui part à la retraite à 65 ans après avoir travaillé de façon continue à temps plein, comptait 47 ans de carrière. Or, sa pension n’était calculée que sur 14.040 jours (ou 45 ans).

Pour le calcul des pensions prenant cours à partir du 1er janvier 2019, il sera tenu compte de toutes les journées de travail, même de celles qui sont prestées après une carrière de 14.040 jours (45 ans). Ainsi, ceux qui ont une carrière professionnelle de plus de 45 ans seront donc récompensés et percevront, en comparaison avec la règlementation actuelle, un montant de pension plus élevé.

Exemple :

Michel perçoit un salaire de 3.000€ bruts par mois. Il a déjà 45 années de carrières mais décide de travailler 2 années de plus. Grâce à la réforme, ces deux années de travail lui permettront d’augmenter sa pension de 52,98€ par mois.

 Cette réforme, qui donne suite à la recommandation de la Commission de réforme des Pensions 2020-2040, traduit la volonté du Gouvernement de renforcer le lien entre la carrière prestée et le montant de la pension.

Le Ministre BACQUELAINE :

« Notre système de pension doit encourager la poursuite d’une activité professionnelle mais doit aussi mieux récompenser le travail presté. Désormais, toutes les années de travail effectif seront prises en considération dans le calcul de la pension

Commentaires seniorFlex

Voilà une mesure tres attendue et réclamée depuis longtemps par SeniorFlex

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous