BELGIQUE

Loi Peeters contestée

Nous disons « non merci » à la loi Peeters !

Le gouvernement belge a décidé de mettre en place d’ici janvier 2017 une modification profonde de la loi sur le travail en prétextant un besoin de flexibilité des entreprises pour créer de l’emploi.

Le gouvernement veut instaurer la semaine de 45 heures de travail, et la journée de 9h – et même des journées de 11 heures et des semaines de 50 h ! Il veut libéraliser les règles pour les heures supplémentaires et le travail le soir, la nuit et le de week-end. Il impose que le temps de travail soit calculé sur une base annuelle …

En pratique,(pourquoi ?) l’employeur nous imposera quand nous devrons travailler plus et quand nous resterons à la maison. Les heures supplémentaires (qui sont déjà possibles aujourd’hui, mais dans un cadre négocié) ne donneront souvent (c'est-à-dire ?) plus droit à des sursalaires ! Les horaires variables pourraient n’être connus que 24 heures à l’avance. Comment pourrons-nous dans cette flexibilité sans limites organiser notre temps et notre vie ?

Nous disons « non merci » à la loi Peeters !

Nous voulons :

• Conserver le temps de travail à maximum 38 heures par semaine
• Des emplois à temps plein - aussi pour les jeunes - compatibles avec une « vie vivable »
• Un débat social démocratique sur l’organisation du travail et sur la réduction collective du temps de travail

Si vous êtes d’accord avec nous, signer la pétition, parlez-en autour de vous et mobilisez-vous :
http://www.loipeeterswet.be/

 

Commentaire SeniorFlex:

Aucune consultation préalable - refus de rencontrer les intéressés et leurs représentants !
pas étonnant que les décisions soient contestées !

L’opposition, exprimée dans ce document (source:  http://www.mocbxl.be) est fort imprécise, hésitante et mal documentée,
Selon Nous il eût fallu supprimer l’interdiction de délégation de personnel, cela aurait été un début de flexicurité!

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous