DISPOSITIONS LEGALES

En Allemagne, les séniors de plus en plus nombreux à travailler

En Allemagne, de plus en plus de séniors occupent un emploi, selon une statistique publiée mercredi qui s’explique notamment par la hausse légale de l’âge d’entrée en retraite.

Chez les 64 à 69 ans, ils étaient en 2014 14% à être encore en activité, selon ces chiffres publiés par l’Office allemand des statistiques Destatis, sur la base du dernier recensement.

Moins de dix ans plus tôt, en 2005, la proportion n’était que de 6%.
Chez les 60-64 ans le taux d’emploi est même de 52%, contre 28% neuf ans auparavant.

La tranche d’âge 60 ans est active à près de 70%, un taux qui descend à un peu moins de 20% chez les 65 ans et 10% chez les 69 ans.

L’Allemagne se classe ainsi au-dessus de la moyenne européenne d’activité des 65 à 69 ans (11,5% pour l’UE), largement distancée par l’Estonie et la Roumanie, championnes en la matière, mais bien loin devant la France (6%) ou l’Espagne (4,3%).

Le relèvement progressif de l’âge de la retraite à 67 ans (par rapport à 65 ans auparavant), qui se fait depuis 2012 à raison de quelques mois par an et doit être pleinement effectif à l’horizon 2029, joue un rôle dans cette évolution, a commenté lors d’une conférence de presse Frank Schüller, en charge du segment marché du travail chez Destatis.

Mais «il n’est pas seul responsable», a-t-il assuré, évoquant également «des changements dans le rôle social» des plus âgés, qui veulent «participer plus à la vie sociale».
Pour un certain nombre de seniors, l’argument financier, avec la perspective d’une pension de retraite trop faible pour bien vivre, pèse également dans la balance.
Selon Destatis, environ 15% des plus de 65 ans sont menacés de pauvreté.

L’Allemagne, à la natalité en berne, comptait en 2014 17 millions d’habitants de plus de 65 ans, soit 21% de la population, une proportion qui devrait grimper à un tiers à l’horizon 2060, selon les projections.

Le Quotidien/AFP

 

SFX : Le gouvernement belge recule l’âge de la pension légale à 67 ans.
C’est logique.

Mais sans mesures adéquates pour l’emploi des seniors, où va-t-on ?
Pourquoi tant de seniors sont- ils désespérément chômeurs de longue durée ?
Pourquoi tant de pré- pensionnés souhaitent- ils pouvoir travailler contrairement à ce que prétendent les syndicats ?

Nous attendons la réponse du Ministre Kris Peeters à notre demande d’entretien sur ce sujet, datée du 13 mars 2015

Exemple : la Pologne et les recommandations de l’OCDE.

 Pologne : il faut favoriser l'allongement de la vie active selon l'OCDE .
 Comme de nombreux pays d’Europe, la Pologne vieillit… Et vite.
Afin de faire face au défi que représente le vieillissement rapide de sa population,
l’OCDE vient de publier un rapport qui estime qu’il faut favoriser l’allongement de la durée de vie au travail au plus grand nombre.

Depuis quelques temps, les derniers rapports de l’OCDE prônent un allongement nécessaire de la durée du temps de travail en Europe afin de faire face aux vieillissements des pays…
Après la France et la Suisse, l’organisation estime que la Pologne doit également envisager cette réforme, dans la mesure où le nombre de seniors de 65 ans et plus va fortement augmenter d’ici 2050.
Un bon point pour le pays ! En effet, le travail des seniors progresse.
En effet, le pourcentage des 55-59 ans occupant un emploi a augmenté significativement.
Il est ainsi passé de 36% en 2003 à 55% en 2013. Une belle progression, cependant, le taux d’emploi des seniors en Pologne reste bien inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE : en 2013, il s’élevait à 41% pour les individus de 55-64 ans, contre 55% pour la moyenne de l’OCDE, et il n’était que de 9% pour la tranche d’âge des 65-69 ans, contre près de 20% pour la moyenne de l’OCDE.
 
Comme le souligne Stefano Scarpetta, Directeur de l’emploi, du travail et des affaires sociales de l’OCDE : «des réformes supplémentaires sont nécessaires en Pologne pour encourager le vieillissement actif ainsi qu’un allongement de la vie au travail.
Les employeurs doivent accentuer leurs efforts afin d’améliorer les conditions de travail des travailleurs âgés et réduire les inégalités hommes-femmes importantes dans le domaine de l’emploi».
 

Plus spécifiquement, l’OCDE recommande à la Pologne :
d’aider plus de femmes à rester plus longtemps sur le marché du travail ;
d’axer ses efforts sur les mesures de prévention dans les services de la médecine du travail ;
de faire du dialogue social un moteur de la mise en œuvre des politiques visant à allonger la vie active, notamment dans le cadre des projets menés au titre du programme « Solidarité entre les générations », renouvelé en 2013
et enfin, d’harmoniser la législation sur la protection de l'emploi dans toutes les tranches d’âge en supprimant les règles de protection spéciales dont bénéficient les travailleurs seniors.  

 

Réagissez à ce texte : allez sur la page commentaires !

Les seniors, l’avenir du marché du travail suisse

Vendredi 13 février 2015 |

Pour le politologue René Knüsel, il faut repenser les postes et la durée de travail pour convaincre les plus âgés de poursuivre leur carrière.

De René Knüsel10.02.2015

Après avoir subi des années durant l’indifférence, les travailleurs âgés sont de plus en plus courtisés. Les discours patronal et syndical valorisent cette force de travail qui semble sortie des limbes.

Les interventions parlementaires des milieux syndicaux visent à améliorer l’employabilité des travailleurs âgés. En Suisse, les chômeurs âgés connaissent un destin peu enviable.
S’ils sont nettement moins nombreux que leurs homologues européens à connaître les affres du chômage, en cas de perte d’emploi leur chance de retrouver un travail est moindre. Ainsi le senior suisse qui connaît le chômage risque fort d’y rester piégé. Pour les syndicats, une des solutions réside dans la formation continue, en particulier en fin de carrière.

Le patronat suisse plaide, lui aussi, pour le maintien prolongé des seniors sur le marché de l’emploi. Son association faîtière encourage ses membres à réfléchir à des emplois adaptés aux travailleurs proches ou ayant dépassé l’âge légal de la retraite.

«Le vote contre l’immigration de masse n’est pas à l’origine de ce revirement»

Cette urgence à transformer la place et le rôle offerts aux seniors n’est pas fortuite. Elle répond aux besoins en main-d’œuvre d’un marché de l’emploi appelé à devenir exsangue.
Les réticences d’une majorité d’électeurs face à la migration, le 9 février 2014, ont nécessité la recherche de solutions pour la requalification des travailleurs âgés invités à poursuivre leur carrière professionnelle.

La roue tourne et les indésirables d’hier pourraient bien devenir les travailleurs adulés de demain.
Le vote contre l’immigration de masse n’est pas à l’origine de ce revirement de position. Mais il a écarté la solution jusque-là privilégiée pour résoudre la pénurie programmée de main-d’œuvre.

L’entrée en retraite des générations de «papy boomers» tend à assécher le marché de l’emploi. Parce qu’une partie conséquente des seniors aspire à quitter un marché du travail qui ne les considère pas comme persona grata.
Soumis à de multiples pressions, ces aînés se sentent vulnérables. En outre, ils peinent à supporter les conditions de travail, péjorées ces dernières décennies.

Ainsi le maintien des seniors au travail ne se réalisera pas au travers de quelques incantations médiatiques. Il nécessite une politique réfléchie qui repense la fin de la carrière professionnelle autrement que comme un clapet qui se ferme à un âge donné.

La sortie de l’emploi doit aussi être compatible avec les attentes des seniors et leur offrir une belle qualité de vie au travail.

En fin de carrière, les postes de travail, comme la durée de l’engagement professionnel doivent être repensés pour des travailleurs qui n’ont plus à faire leurs preuves mais sont encore susceptibles de mettre leurs compétences à disposition.

référence :24 heures

 

 

Les travailleurs âgés sont moins réticents au changement qu'on ne le croit !

Au contraire, ils y réagissent de manière plus ouverte que les plus jeunes et peuvent par conséquent jouer un rôle stimulant et d'accompagnement dans le processus de changement que vit l’organisation.
C’est ce qu’affirme une récente étude doctorale  (en NL uniquement).

Vous pouvez lire les conclusions de son étude - en néerlandais uniquement -
dans Oudere medewerker kan ambassadeur zijn bij politiereorganisatie
(communiqué de presse de l'université de Tilburg).

SeniorFlex ne peut qu'approuver les recommandations ci dessous du site www.linkedage.com

Il ne faut pas rester seul rejoignez SeniorFlex !

 

texte de linkedage

 

it's true that no man is an island; we thrive on relationships, with our friends, collegues, relatives and family members. We all need a sense of belonging to someone or somewhere, of oneness other human beings, and this is why we socialize. And although we tend to interact with others during our teenage and early adult years, we need an active social life more than ever as we grow old. If you're in your 60s or 70s, it's important that you maintain a strong network of friends, family and acquaintances because:

Meeting people and socializing on a regular basis makes you feel happier and more content with your life. You have a sense of purpose and a reason to live. When you're alone, you tend to feel depressed and sad if you're not busy. Meeting friends and acquaintances helps boost your mood and puts you in a better frame of mind.

Today, it's easier to make friends and socialize because there's a whole new world out there – the Internet which will allow you to search and decide to what culture you wold want to visit and study the habits of the people there.

Socialization can extend years to a senior's life.

Experts say that seniors who enjoy an active social life often extend their lives by years. There are an abundance of benefits for socializing other than life extension; stress reduction, a feeling of importance, and a feeling of high self esteem are just a few of the benefits.

Having the chance of exchange cultures, It teaches you how to behave appropriately around others, gives a feeling of self worth & sought after attention & affection. Also important in learning about yourself and shows you what you like/dislike in others and what type of person you are.

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous