DISPOSITIONS LEGALES

Les travailleurs plus âgés sont tout autant productifs que leurs collègues plus jeunes.

C'est entre autres ce qui ressort d'une nouvelle étude commanditée par l'organisme de bienfaisance britannique Age UK.

Les scientifiques de la Essex Business School (Université de l'Essex) sont tombés sur un certain nombre d'opinions collectives qui circulaient sur les travailleurs âgés.

Selon l'analyse qu'ils ont menée à partir d'une série d'études déjà publiées sur les caractéristiques des seniors, il semble y avoir peu de preuve que les stéréotypes sur leur productivité, leur santé, leur implication et leur flexibilité soient bien fondés.

Malgré ce que beaucoup d'employeurs croient, les plus de 55 ans semblent tout autant motivés et flexibles que les travailleurs plus jeunes.

Les 'manquements' physiques auxquels les seniors doivent faire face sont compensés par des compétences spécifiques ainsi que par leur expérience.

Deux études allemandes

Que ressort-il du rapport ? Bien que les jeunes en général puissent exécuter plus rapidement des tâches répétitives, les plus âgés peuvent mener à bonne fin plus rapidement des tâches complexes, grâce à leurs connaissances acquises des années durant ainsi qu'à leur expérience professionnelle.

Cela confirme les découvertes de deux différentes études réalisées sur mission des producteurs automobiles allemands. Les travailleurs plus âgés chez un fabricant de Mercedes Benz semblaient en effet être plus productifs et commettre moins d'erreurs que leurs cadets. Chez BMW, la ligne de production qui était entièrement assurée par des ouvriers plus âgés était même 7% plus productive qu'une ligne identique qui ne comprenait que des jeunes travailleurs.

Moins souvent absents mais plus longtemps

« Selon notre analyse, il semblerait que les préjugés sur les seniors ne soient pas valables. L'implication et la productivité d'une personne ne se déterminent pas par son âge.

D'autres facteurs socioéconomiques et psychologiques sont de bien meilleurs indicateurs de la manière dont les seniors se comportent », explique la responsable d'enquêtes Kathleen Riach.

En fin de compte, l'étude montre encore que les seniors sont moins souvent absents pour une maladie de courte durée que les jeunes. Lorsqu'ils tombent malades, par contre, c'est souvent pour plus longtemps.

 

Michelle Mitchell van Age UK : « Cela montre qu'il est urgent que les employeurs et les recruteurs revoient leur perception des seniors. Non seulement elles sont inexactes, mais elles sont nuisibles.

Trop souvent, les ainés sont décrits comme une charge alors que leur implication, leur productivité, leurs compétences et leur expertise sont indispensables à la vie en entreprise et à l'économie.

Sources : Essex.ac.uk

Imaginez un "Pôle Emploi" privé, réservé aux chômeurs de plus de 55 ans.

 

C'est la mission des 40 agences "Mature Services" dans l'Ohio, où les seniors sont accompagnés et formés gratuitement. Certains sont même rémunérés pendant leur formation

 

 La part des seniors a augmenté de plus de 8% en 10 ans !

 

À l'occasion de l'année européenne du Vieillissement actif, une étude a été publiée dernièrement sur les seniors et l'intérim (dans la publication Vivre au Luxembourg n° 85 du CEPS/Instead)

Seuls 40% des seniors luxembourgeois ont une activité professionnelle.

 

Et si l'intérim était la solution pour atteindre les 50% de seniors actifs dans le pays?
C'est la piste défendue par la chercheuse Anne-Sophie Genevois.

Une cadence de travail choisie, des employeurs qui prennent moins de risques et donc embauchent plus facilement,
un complément de la retraite: l'intérim chez les plus de 55 ans semble présenter de nombreux avantages.

 

 

 Klaus Tobaschus, 75 ans, est retraité depuis dix ans déjà, mais il ne songe pas encore se reposer.
Ancien conseiller d'entreprise, il s'est inscrit il y a deux mois sur le site Rent a Rentner ('louez un retraité'), qui permet aux usagers de plus de 50 ans de proposer leur force de travail.

Sur son profil, Klaus Tobaschus a mis son secteur d'activité (aide aux fondateurs d'entreprise, commercialisation et coaching des cadres dirigeant), ses coordonnées et une photo d'identité qui montre un homme aux cheveux blancs légèrement frisés, moustache grise, mais un visage presque sans rides. 'Economiser sur les dépenses et optimiser les profits par une bonne organisation', promet la devise qui apparaît à coté de la photo.

'Je voulais faire profiter les autres de mon expérience et de ma connaissance du métier', explique cet habitant du Bade-Wurtemberg. Avant de s'inscrire sur le site, il travaillait déjà comme conseiller indépendant, et oeuvrait comme bénévole dans le milieu associatif.

'MINI-JOBS'

Comme Klaus Tobaschus, de plus en plus de retraités en Allemagne continuent de travailler après leur retraite.
En 2011, 761 000 personnes âgées occupaient des petits emplois de proximité (des 'mini-jobs' rémunérés jusqu'à 400 euros), soit 60 % de plus qu'en 2000, note le quotidien Süddeutsche Zeitung ...

 

source Le Monde

 Bien souvent, l'âge est perçu comme un problème, tant à titre individuel qu'à l'échelle de la société.
On oublie que le fait de pouvoir vivre aussi âgé est une réussite en soi.

L'augmentation de la proportion de personnes âgées est considérée comme un fardeau pour les jeunes travailleurs.
Pourtant, aujourd'hui, la population âgée est en bien meilleure santé que les générations précédentes.

Les personnes âgées possèdent également des compétences et une expérience utiles, dont les jeunes pourraient s'inspirer et profiter.
Rester actif en vieillissant, voilà la clé de la question du vieillissement démographique.

Le 6 septembre 2010, la Commission européenne a proposé de désigner l'année 2012 « année européenne du vieillissement actif ».

Cette initiative vise à améliorer les possibilités d'emploi et les conditions de travail des personnes âgées, de plus en plus nombreuses en Europe, afin de les aider à jouer un rôle actif dans la société et à encourager le vieillissement en bonne santé.
Elle apparaît à l'heure où les responsables politiques européens doivent composer avec le vieillissement constant de la population et son incidence sur les services et finances publics.

Les Européens vivent actuellement en meilleure santé et plus longtemps qu'auparavant mais ce progrès met la société européenne face à une série de défis.
Les projections démographiques d'Eurostat, laissent entrevoir une chute de près de 6,8 % de la population active (20,8 millions de personnes) d'ici 2030.
Cela implique qu'à cet horizon, il n'y aura plus que deux personnes en âge de travailler (de 15 à 64 ans) pour subvenir aux besoins d'une personne retraitée (plus de 65 ans), au lieu de quatre personnes pour une aujourd'hui.
Tandis que la population de plus de 60 ans poursuivra sa progression à raison d'environ deux millions de personnes supplémentaires par an.
Le passage le plus difficile devrait être la période 2015-35, lorsque la génération du baby-boom atteindra l'âge de la retraite.

Cette évolution met en péril la durabilité des finances publiques, en particulier le financement des soins de santé et des retraites, ce qui est susceptible d'affaiblir la solidarité intergénérationnelle.
Pour autant, cette vision ne tient pas compte de la contribution réelle et potentielle des personnes âgées envers la société, en particulier celles du baby-boom.

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous