FRANCE

Les seniors, grands délaissés des entreprises - Des sénateurs réagissent

Les seniors, grands délaissés des entreprises : le rapport édifiant du Sénat

par Adélaïde Haslé Publié le 9 octobre 2019 à 15h29

  •  
  •  

Deux sénateurs pointent dans un rapport la situation alarmante des seniors sur le marché de l'emploi.
Ils recommandent de faire de l'emploi des seniors une grande cause nationale et ont établi une série de recommandations.

(Note ; c'est ce que demande SeniorFlex et la Fides depuis longtemps !!)

 

37,8 % des demandeurs d'emploi ayant plus de 50 ans étaient inscrits à Pôle emploi depuis plus de deux ans contre 22,3 % pour l'ensemble des inscrits (GettyImages.Jacoblund)

Deux sénateurs, René Paul Savary ( LR)  et Monique Lubin (PS) viennent de brosser, dans un rapport, un tableau alarmant de la situation des seniors sur le marché du travail. 
Ils notent que « plus de la moitié des personnes de la génération née en 1946 et qui a atteint 67 ans en 2013 a connu une période de chômage ou d’inactivité entre l’emploi et la retraite ».
Un chiffre édifiant qui démontre à lui tout seul la situation catastrophique des seniors sur le marché de l’emploi : méfiance infondée des managers vis-à-vis des seniors, plus faible accès à la formation professionnelle, « effet horizon » limitant l’intérêt supposé d’investir dans le travailleur plus âgé, règles d’assurance chômage n’incitant pas au maintien dans l’emploi…
Pour les rapporteurs, les entreprises doivent « absolument prendre conscience de la valeur ajoutée des travailleurs seniors et de la nécessité d’avoir une gestion équilibrée de leur pyramide des âges ».

À lire également :

La vie active des seniors s’allonge, la précarité augmente

L’emploi des seniors, grande cause nationale ?

René Paul Savary et Monique Lubin souhaitent que l’emploi des seniors devienne une priorité absolue du gouvernement « autour de laquelle doivent désormais s’articuler les réformes des retraites, de l’assurance chômage et du marché du travail ».

Un taux de chômage trop important chez les plus de 50 ans

Avec les plus jeunes, les seniors sont particulièrement touchés par le chômage de longue durée (plus d’un an). En effet, 37,8 % des demandeurs d’emploi ayant plus de 50 ans étaient inscrits à Pôle emploi depuis plus de deux ans contre 22,3 % pour l’ensemble des inscrits, rappelle dans un article le quotidien La tribune.

À lire également :

Emploi des seniors : quelles sont les obligations de l’entreprise ?

Trop de freins à l’emploi

Les rapporteurs soulignent également que l’accès et le maintien dans l’emploi des seniors représentent « parfois un calvaire ». Ils avancent entre autres comme argument des prétentions salariales trop élevées mais aussi un poids des représentations chez les recruteurs vis-à-vis de cette catégorie de travailleurs.

À lire également :

Peu adaptables les seniors ? Et pourtant, ils sont au coeur du changement !

Changement de regard sur les seniors, suivi renforcé, retraite progressive …

Pour cela le Sénat a établi une série de 18 recommandations. Parmi celles-ci :

  • Créer les conditions d’un changement du regard porté par les acteurs de l’entreprise sur les salariés avançant en âge en incitant les formations en ressources humaines à inscrire un module dédié à la gestion de la seconde partie de carrière.
  • Inscrire explicitement la question de l’emploi des seniors parmi les thèmes de négociation
    obligatoire des conventions collectives.
  • Encourager les entreprises à conclure des accords adaptant les conditions de travail des salariés âgés afin de les maintenir dans l’emploi.
  • Instaurer un abondement spécifique du compte personnel de formation pour les personnes qui perdent leur emploi après 45 ans.
  • Prévoir un suivi renforcé par l’employeur et le service de santé au travail des salariés exposés à des facteurs de pénibilité afin d’envisager des transitions vers des postes moins exposés avant que ne surviennent des difficultés.
  • Rendre créatrices de droits à la retraite les cotisations prélevées sur les revenus d’activité exercée dans le cadre d’un cumul entre un emploi et une retraite à taux plein.
  • Élargir à l’ensemble des actifs la retraite progressive.

 

 

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous