REVUE DE PRESSE

Une vie professionnelle en cumul de sa retraite, est une idée ou une nécessité qui gagne du terrain.
Dans le cadre d'une enquête consacrée aux compléments de revenu, le magazine Capital a suivi la vie de seniors actifs et dynamiques à des âges où l'on rêve d'une retraite confortable.

Actuellement, plus de cinq cent mille retraités ont une activité professionnelle en plus de leur retraite, selon les statistiques officielles, qui ne comptabilisent pas le travail au noir.
Et déjà, près de 20 % des 50-59 ans interrogés par l'Insee, envisagent de travailler pendant leur retraite, dont plus de la moitié pour des raisons financières.
Parmi eux, des femmes divorcées ou seules, avec une retraite de 900 euros par trimestre et des personnes recevant une maigre retraite malgré le travail de toute une vie.
Les seniors touchent en moyenne une pension de 1.200 euros, mais ils seraient un million à toucher moins de 600 euros par mois.

Dans le reportage, Liliane, mamie-nounou de 65 ans, travaille huit heures par jour toute la semaine, loin de chez elle, pour compléter sa retraite de 939 euros: «Grâce à ce travail, je vis. À 65 ans, je tiens le coup mais je suis inquiète pour l'avenir.»

Deux secteurs recrutent volontiers les seniors, ceux du bricolage et de l'aide à la personne (enfants, personnes âgées ou garde d'animaux...).
Jean-Georges s'offre des vacances grâce à l'organisation de mariages laïques ou en posant comme model-senior dans des publicités. Il a même obtenu un petit rôle dans un clip de Francis Cabrel!
Bernard, lui, installe des appareils électriques avec assistance pour personnes âgées seules. Il a été recruté pour son âge.

Enfin, il existe une autre catégorie de seniors actifs, quelque cent mille cerveaux que les entreprises s'arrachent pour leurs compétences.
Nouveauté, ils veulent être payés même s'ils touchent déjà une belle retraite, comme Marc, ancien numéro trois d'Alstom Transport qui précise:
«Je ne prends pas le travail d'un jeune, j'en crée. Je suis comme un ami à qui je demandais quand il s'arrêterait. J'arrêterai quand je serai mort!»
En attendant, il supervise la construction du tramway de Rio de Janeiro pour les JO de 2016.

À savoir

Il faut avoir cotisé tous les trimestres exigés par la loi pour avoir le droit de cumuler sa pension avec un complément de revenu sans limite. Quand ce n'est pas le cas, un plafond s'applique.
En cumulant ses deux revenus, le retraité ne peut pas gagner plus qu'avant son départ en retraite.
Voir sites: Préparons ma retraite, APCE, Pôle Emploi ou sites d'emploi privés pour seniors.

Nous vous recommandons de répondre à cette enquête !

Exprimez vous !

Travaillerez-vous jusqu’à 67 ans?

La réforme des pensions a un objectif précis: nous faire travailler jusqu'à l'âge de 67 ans.

Préparez-vous votre pension?
Comment?

Votre témoignage nous intéresse.  (lien)

 

Voici une belle occasion de faire entendre votre avis !

Faites circuler à tous vos réseaux sans modération !

 

SeniorFlex a répondu

   qu’il faut, en parallèle, que le Gouvernement soutienne les seniors actifs pour trouver du travail ou de l’emploi car sinon, c’est une prolongation inutile du chômage de longue durée, dont nous souffrons déjà !

 

Alors que nous écrivons au premier Ministre pour lui proposer des approches pour permettre aux seniors de trouver du travail jusqu'à 67 ans, revient sur le devant de la scène journalistique l'enquête ci dessous que nous vous avions déjà signalée.

La France pourrait gagner 200 milliards d’euros de PIB grâce à ses travailleurs seniors

Par Marie Roques, le Mercredi 01 Juillet 2015

Selon une étude réalisée par PwC qui compare l’emploi des seniors dans 34 pays de l’OCDE, la France néglige le potentiel économique de ces travailleurs

Si le taux d’emploi des Français âgés de 55 à 69 ans égalait celui de la Suède, pays européen le plus performant en termes d’emploi des seniors, le PIB de la France augmenterait de 200 milliards d’euros.
Voici l’un des principaux enseignements de l’étude Golden Age Index menée par PwC.

Mauvais élèves en Europe
On apprend également que l’indice de la France a progressé de 6,5 points, passant de 42,4 à 48,9 entre 2003 et 2013, mais son classement stagne et l’Hexagone reste à la 24e place sur 34 pays étudiés.
Globalement, les États membres de la zone Euro ont enregistré de mauvaises performances, puisque seuls trois pays, l’Estonie, la Finlande et l’Allemagne présentent des indices supérieurs à la moyenne.

Vision à long terme
Les économistes estiment qu’en France, l’adoption de mesures en faveur du travail des seniors pourrait faire croître le PIB de la France d’environ 10 %. Mais ces gains seront à évaluer sur le long terme.
La Suède qui fait aujourd’hui figure de modèle en Europe, a lancé cette politique favorable aux travailleurs seniors au début des années 1990, ainsi la France ne pourrait espérer en ressentir les effets positifs que d’ici deux décennies.

- See more at: http://www.courriercadres.com/carriere/gestion-de-carriere/la-france-pourrait-gagner-200-milliards-d-euros-de-pib-grace-01072015#sthash.pMx5lVtl.dpuf

Commentaire SFX : Des idées pour le Gouvernement Michel !
Si la Belgique s’occupait sérieusement d’améliorer les conditions d’activité de ses seniors, tout le monde y gagnerait !

 

 

 

Notre temps.Com 11 aout 2015   Une enquête intéressante...


http://www.notretemps.com/retraite/societe-perception-seniors-10-questions,i91147?utm_campaign=News+edito+mardi+11%2F08%2F2015&utm_id=201234579&utm_medium=email&utm_source=Newsletter+Editoriale&xtor=EPR-133

Société: la perception des seniors en 10 questions

Par Jean-Christophe Martineau le 30 juillet 2015

Politique, économie, éthique, retraite, chômage, santé... Vous êtes ­3000 à avoir répondu à l'enquête de NotreTemps.com sur l’évolution de la société.

• L’avenir est sombre, mais la famille est là…

73 % d’entre vous imaginent un avenir sombre pour leurs petits-enfants, une vie "plutôt pire" que la vôtre. seuls 6% envisagent des lendemains plus riants. Il est vrai que la situation économique, sociale et internationale, ne porte pas à l’optimisme… 

Dans quelles institutions placez-vous votre confiance? À 65% dans la famille, qui reste, au fil des enquêtes, la valeur refuge pour tous. Viennent ensuite les mouvements citoyens (39%) - une pierre de plus dans le jardin des politiques et des syndicats, qui ne recueillent respectivement que 1% et 2%! Vous croyez toujours aux vertus de l’école (37%). enfin, vous placez la police et l’armée en quatrième position (26%). Un effet, sans doute, du contexte sécuritaire de l’époque.

• Les plus âgés, Européens malgré tout

46% des répondants considèrent que l’Europe peut encore peser dans les rapports de forces planétaires et porter une voix de paix sur la scène internationale. C’est le cas, en particulier, des plus de 70 ans (52%), qui pensent également que l’union peut assurer la solidarité économique entre les États membres (48 %). 

Ces aînés, qui ont connu l’Europe fragmentée et, pour certains, vécu la guerre, sont moins eurosceptiques que leurs cadets. en effet, 51% des moins de 60 ans considèrent que l’Europe apporte plus de contraintes que d’avantages (contre 33% des 70 ans et plus) et un tiers (31%) juge qu’elle empiète sur la souveraineté nationale (contre un quart des plus âgés).

• La crise et vos pistes pour sortir du chômage 

53% des personnes interrogées jugent la crise économique inédite. 25% la comparent au premier choc pétrolier de 1974, 17% au krach de 1929 et 6%... aux privations de la guerre. 
Une chose est sûre, la dureté de la récession actuelle ne vous échappe pas. pas plus que sa conséquence directe, la montée du chômage de masse. 

Vos propositions prioritaires pour l’endiguer? Fabriquer et consommer français (52%), privilégier l’embauche des jeunes (32%), faciliter les licenciements et les embauches (30%), maintenir les seniors dans l’emploi jusqu’à leur retraite (23%). Bonne nouvelle, la préférence masculine à l’embauche n’est souhaitée que par 1% des répondants… 

Fort heureusement, la présence des femmes dans le monde du travail n’est définitivement plus un sujet de débat.

• Vieillir chez soi, la priorité

73% des sondés veulent, en cas de perte d’autonomie, continuer à habiter chez eux. Au fil des enquêtes, les Français affirment ce choix et rechignent à séjourner en maison de retraite.

Deuxième option envisagée (37%): des logements aménagés où se côtoient les générations. À l’inverse, 20% des interrogés privilégieraient des villages ou résidences pour seniors. La colocation senior ne vous convainc vraiment pas, seuls 5% des personnes l’envisagent!

 

NR

Bravo pour cette enquête qui montre la nécessité de l'intergénérationnel mais aussi que chaque cas est particulier et que les solutions ne sont pas simples et nécessite un travail coordonné de l'ensemble des responsabilités politiques

 

A propos

Nous sommes des femmes et des hommes de bonne volonté, luttant en Belgique et en France, depuis 2003, contre la discrimination par l'âge dont font l'objet les seniors et pour la liberté de choix de ceux qui désirent continuer à exercer une activité lucrative après 45 ans, sans subir rejets, préjugés, pénalités ni contraintes administratives.

Suivez-nous